Je n'ai qu'une chose à te dire…


Archive des tags

Articles taggués avec radio :

Souvenir d’enfance

En période de forte affluence dans les transports, impossible de bouquiner tranquille, impossible même de placer un livre de poche entre deux personnes debout. J’ai donc pris l’habitude d’écouter des podcasts. Et, puisque ce n’est que le début, je me limite à une seule « radio » pour l’instant :

Je ne sais pas si ce générique te dit quelque chose. C’est celui d’une émission qui a disparu de la radio publique depuis plusieurs années déjà, mais qui a aussi écumé les époques. Et cette émission, ce générique, cette voix, me rappellent des moments particuliers de mon enfance. C’est le moment où je rentrais de l’école, j’allais vite poser mon cartable et ma maman allait vite allumer le petit poste de radio. S’il y avait le temps, je mangeais mon goûter dans la cuisine, mais après ce fameux générique il ne fallait plus faire de bruit. Enfin, après ce fameux générique c’était aussi C’est pas Sorcier à la télé, alors …

C’est con tu me diras : c’est bien plus que ça une émission à la radio. C’est aussi pour ça qu’aujourd’hui, j’en écoute des archives.

Souvenir d'enfance dans Chroniques d'un Gourou danslediplodoctobre

En ce mois d’octobre 2017, il y a plusieurs anniversaires spéciaux que cette radio de gauchistes nous rappelle : les 50 ans de la mort de Che Guevara, et, si toi aussi « Octobre 17″ te met la puce à l’oreille, les 100 ans de la révolution d’Octobre en Russie. Enfin pour l’instant, je te propose surtout la série sur le Che. Oui ce sont des archives, les nouvelles émissions sont réservées aux abonnés, l’abonnement est payant (2€ par mois pour les étudiants), parce qu’il faut bien payer les journalistes. Je vous conseille cet abonnement tout de même, si ce n’est pour égayer vos trajets quotidiens.

Et si vous avez eu cette enfance où on prend le goûter pendant que Là bas commence, vous aurez peut-être comme moi quelques frissons et des sensations qui vous reviennent, l’odeur de la cuisine, le bruit du boulevard par la fenêtre, le chocolat chaud trop chaud. On en oublie presque qu’on est écrasé entre 5 personnes moites pendant que d’autres poussent encore pour rentrer dans le wagon.

Dans 5 ans, je vous raconterais sans doute que réécouter ces podcasts me rappelle l’odeur âcre du RER B.

Au fait, le lien vers l’émission dont j’ai extrait le générique


Heureux dans une boîte.

Heureux dans une boîte. dans Chroniques d'un Gourou cerise-pot-signee-+-petite-225x300Enfermés dans la routine et les habitudes, trop habitués à suivre une vie sans trop de problèmes. Tant que rien ne se passe, on va pas chercher plus loin, à quoi bon ?

Mais ai-je le choix ? Je fais partie d’une génération sans surprise. Celle où les jeunes sont nommés que quand il y a des problèmes. Celle qui manifeste sans être écoutée. « On ne va pas laisser la rue gouverner » disait un ministre en 2005.

Peut-être que ça n’est pas nouveau, mais en ce moment, partout dans le monde, il y a des révolutions qui tournent mal, des élections qui ne présagent rien de bon.

Alors j’écoute la radio. Un sportif a des ampoules au pied. Quelle tragédie ! Ici je peux trouver des informations plus à mon niveau, apparemment.

Désolée. Pas le temps d’écrire quelque chose d’intéressant. Je n’arrive qu’à me plaindre. C’est vrai, quoi ! Se plaindre n’amène à rien. Le mieux est de toujours proposer des alternatives, pour aller vers un monde meilleur, ou alors moins pire. Si l’on se plaint, c’est parce qu’il y a besoin de changer. Alors ne restons pas latents, n’attendons pas que ça s’empire. On a tous le pouvoir de faire le mieux, non ?


Philosophie et pH

Cela fait une semaine et demi que j’ai conscience de ma dernière année en enseignement général. En fait je n’en ai pas conscience, ça m’est plutôt imposé. Et je sais.

Cette année, on m’apprendra à penser différemment. A réfléchir sur ma condition. A avoir conscience de ma conscience, de mon inconscience. Je vais devoir sortir de ma caverne, même si cela s’avère douloureux: aller vers la vérité. Je ne sais pas quand ma réflexion va véritablement commencer, parce que pour l’instant je n’ai que l’impression d’avoir des engrenages sans dents que se frottent dans ma tête, sans rien lancer, sans que rien n’avance. Mais ça chauffe. Le frottement crée de la chaleur (donc de l’énergie ?). Quatre heures par semaine, utilisées pour réfléchir. D’un point de vue objectif et productif, celui d’un patron d’entreprise où travaillent des enfants-esclaves-impayés, je suis totalement inutile à ces moments là. Un peu plus inutile que quand je vais en cours de maths (huit heures par semaine), et pourtant, c’est de cette façon que je me prépare à être utile ou non, à l’apprendre afin de l’utiliser et d’en profiter

Eh oui, j’ai commencé les cours de philo.

Attention: ne jugez pas ce que vous venez de lire ! La radio est allumée devant moi. Et je l’écoute, aussi je l’entends même si je me concentre. Je me sens totalement désorganisée dans mes propos. J’ai même peur de me relire. Je sais que pour devenir un vrai maître, il faut dépasser toutes ses peurs, mais aujourd’hui sera une exception. Comme toutes les autres fois.

Cette année aussi sera une période de révisions sans cesse renouvelée. Du bonheur à l’état pur… J’ai acheté un annabac. Je suis consciente, grâce à la mention « conforme au nouveau programme », de faire partie de l’année crash-test de la réforme des lycées. Avec ça, il y aura des surprises toute l’année et des renversements de situation chaque semaine. Accrochons-nous !

Source: http://au-bout-de-la-route.blogspot.fr/2012/09/un-coup-de-pouce-serait-apprecie.html


L'EPS au lycée français de ... |
hoyosxavier |
profdoc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MA LIVE
| BLEACH vs DBZ vs ONE PIECE
| ASIA SUKIDA