Je n'ai qu'une chose à te dire…


Archive des tags

Articles taggués avec musique :

On partage ?

Vous le savez peut-être, Damien Saez communique avec ceux qui veulent bien l’entendre via le site culturecontreculture, publie textes, chansons est vidéos. On peut en partager deux. Les autres sont réservés aux « manifestants »… Ouais, c’est payant, mais ça se justifie. Je suis d’accord de payer 5 euros par mois pour lire de la poésie est écouter de la musique, parce que 5€ c’est bien moins ce que consomme un fumeur pour ses clopes, bien moins que ce que consomme un buveur pour sa tize.

Est-ce que je me place en traître quand je retranscris ici un morceau de chanson ?

On partage ?  dans Chroniques d'un Gourou l-art-est-public

Je partage parce que je vous invite à écouter la chanson, je partage parce j’aime ce que Saez écrit (sauf quand on a affaire à des prostituées, là j’ai plus de mal), je partage parce que ça me donne la pêche et que j’espère que toi aussi.

EDIT : On peut écouter ce titre sur le site cité plus haut ;)

Elle est gauloise au p’tit vin blanc, elle est contre le gouvernement,
Elle est pas fille des religions, elle est pas putain du pognon
Elle est vent du nord ou d’ouest, elle est vent du sud ou de l’est
Elle est sans abri à la rue, elle est toujours peine perdue
Elle est gitane elle est profane, elle est con la gauloise plane
Elle est toujours fumeuse de joints, elle dort dans les gares en chemin
Elle est solidaire au combat elle est Varsovie Messina
Elle est pas banquière pour un sou, elle est pas botte au garde à vous
Elle est sans abri sans frontière, elle est contre totalitaire
Elle est j’temmerde avec ta thune, elle est vas-y ressers une brune
Elle est ma gueule de Picasso, elle est tous mes potes au pinceau
Kusturica Sarajevo, elle est pas loin la gestapo
Mon européenne c’est pas la Bruxelles, mon européenne c’est pas Genève
C’est pas la thune du marche ou crève, tu sais moi mon européenne
Elle a pas vraiment de frontière, son corps c’est la planète entière
N’en déplaise aux peuples bourgeois, tu sais mon européenne à moi,
Elle est keupon rat sur l’épaule, elle est tatouages de la taule
Elle est accordéon sanglots, elle est accorde moi un tango
Elle est destin des origines, elle est racines gréco-latines
Elle est contre l’union bancaire, elle est mes révolutionnaires
Elle est pote à Mimi Pinson, elle est Roumanie sans pognon
Elle est guillotine pour les rois, elle est plutôt comme toi et moi
Elle est pas médiatique je crois, elle est pas politique bourgeois,
Elle est paysanne au combat, elle est partisane quand elle boit
Elle est ouvrière licenciée, non c’est pas la fille du progrès,
Elle est cantonnée au métro, elle est plutôt manu crado
Elle est nordique nord-africaine, elle est un peu baltique aussi
Elle a des airs de statue grecque, elle a des airs des italies
Qu’on dirait Paris à Venise, on dirait Namur aux marquises
[...]

…Tu veux être mon européenne ?

Et dans un presque même registre, dans cette même idée qu’on peut participer un peu pour obtenir beaucoup, cette idée que l’art peut servir à quelque chose et que la mer ce n’est qu’un gros paquet de gouttes d’eau : Tu veux être ma députée ? Mon député ?

Image de prévisualisation YouTube


L’urgence est un mythe

Cette tête est pleine de titres, pas seulement ceux qui font rire grassement, mais aussi des morceaux de mots, de phrases derrières lesquels devraient s’accumuler des mots.

Le vide.

La seule semaine où on me demande de faire travailler mon cerveau, je capitule. Je sature à partir de rien. Je suis un circuit oscillateur sans filtre. Je suis un amplificateur de bruit.

J’ai bouffé tout mon temps et j’ai la digestion difficile. Je bouffe mon temps, je ne sais même pas comment. J’ai encore faim.

Il faudrait s’organiser, je peux le faire, je le refuse. J’ai oublié ce que c’était. J’ai oublié comment on fait.

Le refus de l’ordre au plus profond, au plus loin et au moins contrôlable. La peur de l’ordre est toujours là, mais l’ordre a gagné. Il fait son chemin tranquillement, et je fais des ronds dans l’eau sur le côté.  Non, je ne me noierai même pas, il n’y a pas assez de fond.

Il y a la pastèque, il y a ce que tu en fais. Il n’y a plus de pastèques, je n’en ai toujours rien fait. Tout attend. Tout stagne. Dans le frigo il y a des choses qui n’ont rien à y faire. Dehors il fait plus froid que dans mon frigo. Je suis une denrée périssable hors de sa conserve.

Parfois on ne finit pas les choses mais on les laisse traîner. Il y a toujours des graines de tournesol quelque part. Il y a forcément du thé froid dans le fond d’une tasse.

Pas vraiment le vide.

Les restes.

La peur de l’évidence, pas celle de cette semaine, non, plus loin : il y a plusieurs mois déjà.

Tout est à mes pieds et je refuse de ramasser.

Je trébuche mais je refuse de tomber. Je glisse lentement…

Ouais, comme une défection.

Et dire qu’il y a des gens qui sont persuadés que je sais où je vais. Et dire que quelques examens ont réveillé la peur. Et dire que je ne l’ai jamais vaincue cette peur, j’ai juste arrêté de la regarder.

L'urgence est un mythe dans Chroniques d'un Gourou 038-trunklog-stock
Image libre de droits #

Aujourd’hui, de la poésie

Des armes, des chouettes, des brillantes,
Des qu’il faut nettoyer souvent pour le plaisir
Et qu’il faut caresser comme pour le plaisir
L’autre, celui qui fait rêver les communiantes

Des armes bleues comme la terre,
Des qu’il faut se garder au chaud au fond de l’âme,
Dans les yeux, dans le coeur, dans les bras d’une femme,
Qu’on garde au fond de soi comme on garde un mystère

Des armes au secret des jours,
Sous l’herbe, dans le ciel, et puis dans l’écriture,
Des qui vous font rêver très tard dans les lectures,
Et qui mettent la poésie dans les discours.

Des armes, des armes, des armes,
Et des poètes de service à la gâchette
Pour mettre le feu aux dernières cigarettes
Au bout d’un vers français brillant comme une larme.

Des Armes, Léo Ferré (1969)

C’est sans doute un des premiers poèmes que j’ai appris par cœur. L’album « Des visages, des figures » de Noir Désir est sorti le 11 septembre 2001 (quelle date emblématique), et nous l’écoutions dans la voiture à chaque long trajet – chaque semaine mes parents roulaient deux fois deux heures. Un poème mis en musique passe le message du poème, et plus encore. Un poème mis en musique se retient plus facilement, aussi. D’ailleurs, quand tu apprends un poème, n’as-tu pas une mélodie qui l’accompagne en tête ?

Aujourd'hui, de la poésie dans Chroniques d'un Gourou tumblr_mnrhimCNdp1rj8vkao1_1280

#

Par curiosité, j’ai voulu lire des analyses de ce texte. Et j’y ai trouvé de quoi compléter un article précédent, Bleu.

Deuxième strophe : « Des armes, bleues comme la terre ». Le bleu est la couleur des artistes, couleur divine (Morbleu !) et couleur de l’amour. D’autres disent couleur de l’amour pour les artistes (tu sais, ces gens un peu différents mais/donc fascinants … Tss. Pour moi ce sont tous ceux qui s’autorisent le rêve, ce sont les autres qui sont différents). Donc oui, le bleu est une couleur chaude. Merci Julie Maroh.  Il y a aussi la dimension spatiale (pas n=3 mais l’exploration de l’espace) puisque le texte date de 1969 : il est tout frais que la Terre est vraiment une planète bleue. Mais cette dernière partie relève possiblement de la sur-interprétation (dans la catégorie : on le dit mais c’est peut-être inconscient même chez l’artiste).

Ce sont les armes qui sont bleues : il y a un rapport amour/haine puisque les armes peuvent aussi être positives ici : la poésie est une arme, les mots sont une arme, les poètes peuvent mettre le feu aux dernières cigarettes [des condamnés à mort].

Le-1er-de-la-classe Couleur dans Chroniques d'un Gourou

#

#

Analyses : # # #

(la dernière est « l’analyse des silences dans les musiques populaires actuelles », que de questions existentielles ! Haha)


Treize étroit

Les technologies sont tellement avancées qu’un programme peut maintenant comprendre des concepts tels que celui de capitale. Exemple : Madrid – Espagne + France = … Paris ! Je me demande ce qu’il répond à « Paris – France + Bretagne »  S’il est sage, il me demandera le domaine de définition.

Toujours est-il que pour faire 13 et 3, il n’y a pas besoin de beaucoup d’expérience pour trouver que ça fait 16. Voilà, c’était une introduction tordue pour un article sur des chansons de Damien Saez (que je prononce 16).

Il est sans doute inutile de rappeler à quel point j’avais adoré son album J’accuse de 2010, ou peut-être que si parce que 2010 c’est un peu loin maintenant. En 2012, il a sorti un triple album : Messina, et pour cet artiste, qui dit triple album dit dépression-parce-que-sa-copine-l’a-quitté ou presque. Rien que ça, ça ne m’avait pas hyper convaincue d’écouter attentivement les 27 titres. Puis, il y a eu l’album de 2013, Miami, et à l’écouter en travers je me suis dit que merde, il ne s’était pas encore remis de sa rupture, ou de sa dépression, ou d’autre chose (je reconnais être dans le cliché, mais c’est tellement plus facile comme ça). En effet, les références sans cesse renouvelées au monde de la prostitution, parce que c’est là qu’on trouve les femmes, ça m’a… convaincue de ne pas écouter plus longtemps.

Treize étroit dans Chroniques d'un Gourou

Ma réaction aux chansons comprenant « J’ai préparé ma carte bleue : J’ai rendez-vous avec les filles » #

J’ai (ré)écouté les 4 albums aujourd’hui (en partant au départ d’un titre plus ancien ici, attention dépression), et oui le premier (le triple) est un album triste. Mais finalement, il n’y a pas que ça, et les femmes sont certes toutes des méchantes, mais pas toutes des putes. Et puis certaines chansons restent engagées, juste que dans une chanson engagée de Saez, il ne faut pas être surpris d’entendre « allez envoie les chattes que je lâche les chiens » #.

Autre chose : Saez aime bien faire des chansons longues, ce qui fait qu’il y a souvent deux chansons différentes par piste. Dans ce cas on a un début tout plat et/ou chanté a capella, puis au bout de deux minutes il trouve une guitare, il la branche, et pouf! de la musique sympa qui bouge. Ce qui explique que partant d’une idée négative, je n’aurais écouté que les débuts des chansons, et me serais vite convaincue de ne pas continuer.

Bref, je te mets ici une chanson que j’ai trouvée sympa.
Parce que c’est poétique, et puis au fond je crois que Saez m’avait manqué.
*

 

saez_jaccuse_couv Musique dans Chroniques d'un Gourou
Et puis la pochette de J’accuse.
…Qui avait été censurée parce que les gens ne savent pas lire et donc n’avaient pas vu le « J’accuse » écrit dessus.

Le son du coq dans le lointain

 Je voulais écrire autre chose. Mais voilà, les autres parlent toujours mieux que moi.

Bien sûr que ce n’est pas « le son du coq », mais bien « le chant du coq ». Tiré d’une chanson qui date de 2010, ça résonne jusqu’ici. Tout résonne. Alors, si on faisait un petit article musique ?

Je n’aime pas les gens qui mettent de la musique sur leurs pages. Le son d’un ordinateur n’est pas le son de bonnes enceintes. Et puis écouter des bouts de morceaux de musiques sur internet … Mh. Je ne fais pas ça. Mais peut-être que toi, tu le fais ! Alors voilà ce que je propose.

Qu’est-ce que vous en pensez ?

courbes2

Quand le .plot n’est pas suivi d’un .show() …  C’est joli, non ?

Bref. Il y a plein de musiques bien (que je trouve bien) dont j’aimerais te faire part. Il y a celles qui ont un sens pour moi, et celles qui ont un sens en ce moment.

Ce week-end (je n’aime pas ce mot. On n’est pas en angleterre ou aux états unis ! Donc: An dibenn-sizhun-mañ… ou alors En cette fin de semaine) par exemple, tâchez d’entretenir notre porcherie nationale.

Ou plutôt de ne pas l’entretenir. Enfin, vous m’avez comprise: « Soyez là, soyez présents, et empêchez-les !« 

Certains vous diront qu’il n’y a pas de problème: soit parce que c’est un parti politique comme les autres, soit parce que le pourcentage change, mais le nombre de sympathisants non. Je crois qu’il y a aussi une part inconsciente d’autruche: on voit que quelque chose ne va pas (à mon avis, ça ne va pas !), et on se dit que ce n’est qu’une construction. Que les gens sont mécontents mais que ça va passer. On serre les dents et on regarde les résultats tomber… Pourvu qu’ils ne nous tombent pas dessus ! Quel pouvoir avons-nous, de toutes façons ?

Je suis donc sceptique, telle une fosse. Mais avant tout: je suis !

Je suis le champ de bataille et le guerrier
Je suis le laboureur et la tranchée
Je suis l’exceptionnel et je suis des millions
Je suis l’embuscade, je suis la révolution

Ça, c’est pour avoir la pêche. La pêche comme en français, pas le « pech haben » des allemands, non, pas besoin de musique pour celui-là. Au contraire: la musique, c’est chouette ! Je mets aussi le morceau ? En fait, le site ne veut pas de ma musique. Pas le bon format. En revanche, ça avait marché il y a un an, je te redirige donc vers la fin de cet article

Bon. Ensuite vient la raison de cet article. Ou plutôt la raison du changement de destination, je ne sais pas comment dire.. Celui du titre ! Attention, ici il s’agit de l’intérêt des paroles, du texte, pas spécialement de la voix. Problème si tu veux de la musique, ici c’est plutôt du déclamé. Je te mets quelques paroles après si tu ne veux pas écouter. (Vazy comment c’est mis en valeur ! Quel non-talent.)

Au libre échange du néant
A chacun son bon mot bien sûr
C’est la liberté d’être con
La liberté d’être ignorant
Tous égaux dans le carnaval
Je sais mon ami ça fait mal
C’est la liberté d’expression
C’est la liberté d’expression
Pour clamer à tous les faubourgs
Surtout à tous les râteliers
Nos faiblesses et puis nos discours
Sur nos tristes identités.

Actualités, je disais. Siné, dans sa zone du 4 mars, parle de l’après-Charlie. Je crois que les mots « Laïcité » et « Liberté d’expression » sont détournés par certains. (N’en déplaise à ma prof d’allemand, je continue par ailleurs à croire en la bonté humaine, mais oui il se passe aussi des choses pas bien). Si t’as la flemme de cliquer, en gros c’est l’avocat du tristement célèbre hebdomadaire qui s’est plaint d’un article satirique … Parce qu’au nom de sa liberté d’expression, le autres ont le droit de se taire ? Voir aussi une mini-zone de Février. Et puis si tu ne veux toujours pas cliquer, voici la magnifique calligraphie de ce mourant tenace :

Le son du coq dans le lointain dans Chroniques d'un Gourou EXTRAIT-ZONE-SINE

Zone de Siné — Mars 2015

Et puis encore quelques paroles:

Salut toi mon étoile au loin
L’illuminé de nos chemins
S’éclairera bientôt je sais
Si l’on n’en perd pas le parfum
Vigilance à tous nos esprits
Et feu de tous les journalismes
Puisque toujours il faut combattre
Des nouveaux temples
Les fascismes.

L’illuminé de nos chemins. C’est beau, non ? C’est bête, mais avec un prénom comme le mien, j’ai bien envie de m’identifier à un quelconque illuminé (enfin, l’étoile au loin plutôt). Pas au sens d’être éveillé, ou de je ne sais quelle sagesse. Non, juste la personne étrange que l’on croise,  celle que d’innocentes personnes vous prendre pour un communiste au détour d’un chemin, puis pour une indépendantiste, peut-être pour quelqu’un qui n’a pas d’avis… Surtout pour une asociale. J’espère que tu m’aimes bien quand même.

http://www.icone-gif.com/icone/animaux/oiseaux/download/aimaux-oiseaux-038.ico

…à 02:25 « Comment te dire mais de nos jours, les féministes manquent de couilles ! »

Ça, c’était en 2010. Maintenant nous avons HeForShe :D

Et … Voici ce que je voulais mettre au début ! Aussi une histoire d’identification. D’abord, c’est un conseil: le hard rock, ça aide plus qu’on ne le pense. C’est presque sûrement une coïncidence, mais depuis que j’écoute Airbourne, Accept (et un peu AC/DC, mais après Accept, c’est tout mou. Je ne parle plus de The Answer…), j’ai des notes au-dessus de la moyenne en physique. Ne pas trop s’emballer pour autant: ça n’a aucun effet sur les maths.

(Je l’avais en meilleure qualité, mais là aussi: pas accepté par mon hébergeur. Tant pis pour vous.)

Pourquoi identification ? Parce que j’en ai deux sur trois. Par « Bad » , je n’entends pas « méchante » mais « mauvaise ». Dans mon cas, c’est mauvaise en maths. Les deux autres caractéristiques sont subjectives. Mais quand j’ai les cheveux propres, je suis blonde. Si, si !

Moralité : cette musique est cool. Il y avait longtemps que je n’en avais pas écouté, en décembre dernier j’en étais aux chansons à texte qui me faisaient pleurer, il était temps que je retrouve un peu de violence, que dis-je, d’énergie !

AvatarKorras3

Et s’il te manque un peu de folie, en voici (c’est bonus !!) : 

Et un article pour voir Dominique avec des cheveux, puis un lien vers la version audio de 12 heures !

 


Mots en passant

Portes

Bridgekeeper: What… is your favourite colour?
Sir Galahad: Blue-no! [he is also thrown over the edge] YEELLLLLLLLLLLLOOOOOOOOWWWWWWWW!
(Eh ! En français on avait « Bleu – non ! Rouge ! »)

.

Mon idée du bonheur durable, de la tranquillité, de l’amour s’est effondrée. Bien sûr, tout autour le monde s’effondrait parfois, mais j’avais pour mon compte ce rocher dans la mer démontée, celui qui tient debout depuis des années et qui donne l’impression qu’il tiendra toujours. Celui qui fait croire que « longtemps » c’est l’éternel, l’exception qui confirme ma règle. Mais l’érosion est un fait. C’est peut-être un phénomène lent, mas il est inévitable, et bientôt je n’aurais plus de rocher. Déjà, il est incertain et je ne me fie plus à lui, mais maintenant je sais qu’un jour il ne sera vraiment plus là. Je pars. Je suis un gros écureuil sous le poids duquel les petites branches plient, et j’ai bien peur de devenir le repas d’un truc encore plus gros que moi, en bas après la branche.

This is my main problem, already. I’m affraid … Aon da vezañ un dra ne c’hellfen ket mestroniañ, aon rak an dud ne c’hellfen ket kompren, aon evit an dazont. Even (and in particular) normal people scare me. But sometimes, it happens that I meet great strange people and… I hope I will be able to build a new idea of happiness for my own. It has started long ago. Levenez padus a zle bezañ evel an diorren padus, ret eo kaout c’hoant :)

Les gars, je ne ferai pas d’efforts supplémentaires aujourd’hui. L’idéal serait qu’un jour je fasse chacun de mes articles en plein de langues différentes. Il faudrait même que je me décide à oser l’allemand (où je suis aujourd’hui limitée à Apfel… Ein Apfel).

Certes, le titre de l’article avait un but bien plus profond que celui de parler de ma gueule. Maupassant, ça te dit quelque chose ? Je voulais parler du Horla.

Sur mon rocher lointain, nous avions la tradition de parler de Horla-s pour désigner des personnes plus ou moins étranges, atteintes au niveau de l’esprit, parfois du corps, par exemple du délirium tremens. La nouvelle de Maupassant, Le Horla, fut écrite quand lui-même était déjà atteint de folie, causée par la syphilis qui le tua (protégez-vous des MST !). Bon, jusqu’ici tout va à peu près bien.

Mais un jour, la nation du feu décida de passer à l’attaque.

Mais un jour, ma colloc préférée  ajouta le prénom « Orla » à la liste des prénoms possibles et imaginables à donner à ses enfants futurs, possibles et imaginables. Comment ? Orla, ce nom de fou ? Ce mot que j’utilise de manière dédaigneuse pour parler des tarés que je croise ? Parfaitement. Orla.

Et puis comme les voyages forment la jeunesse, j’ai découvert il y a plus d’une semaine l’existence d’une chanteuse (qui fait des reprises, et des chansons à elle) avec ce prénom. C’est son vrai prénom. Elle est anglaise et elle est la cause de cet article: je m’excuse auprès de toutes les Orla du monde pour utiliser leur prénom pour désigner des fous. Parce que je ne compte toujours pas arrêter de le faire.


Kernitron

(Photo provenant de Ouest-France)

(Photo provenant de Ouest-France)

.

Pas de zoom, c’est assez grand, vous être assez grands pour voir. Devant, des policiers habillés en policiers. Derrière, d’autres policiers, avec casque et gilet pare-balle, mais avec jean ou même pantalon large style « baba cool ». Méfiez-vous, je suis peut-être envoyée spécialement pour vous surveiller, malgré mes apparences de littéraire. Méfions-nous, ils sont partout.

Quiconque croit à la Matrice est potentiellement un agent.

Il y avait peut-être des casseurs, mais aussi des personnes déguisées, pour qui ça n’est pas un jeu mais un enjeu politique. Où comment décrédibiliser 40 000 personnes pacifiques. Où comment blesser des innocents, où comment détruire des terres…

En effet, il y a eu des blessés. 130 coté force de l’ordre, aussi, d’accord. On ne parle pas tant que ça des manifestants… Et un centre-ville de Nantes soi-disant « dévasté ». J’en appelle à vous, chers nantais qui lisez cela, vivez vous dans une ville détruite ? Dans tous les cas, les Zadistes sont des pacifistes. Ils demandent, pour les plus radicaux, une alternative à la société actuelle. Ils se déguisent en clown et dénoncent, ou alors ils disent tout simplement non à un n-ième projet inutile.

« C’est impossible à évaluer à l’échelle de la ville. Mais nous avons constaté une cinquantaine de blessés, dont treize blessures au visage par flashball », relève une membre de l’équipe médicale de la Zad (Zone à défendre) contactée par Basta !. « Nous avons aussi trouvé des éclats de grenades assourdissantes, comme des morceaux de métal, dans les jambes notamment ». Au moins 40 manifestants, dont deux blessés à l’œil, auraient été admis à l’hôpital de Nantes.

Collé à partir de <http://www.bastamag.net/Silence-mediatique-sur-les>

Je n’étais pas présente le 22 février. Trop occupée par mon avenir, incertain pourtant. Je respecte et je crois au présent. J’aurais aimé être là. Commenter ce que j’ai vu moi-même. Assumer pleinement ce que j’écris. [Soit dit en passant, je ne veux pas qu'un jour je parle de tout cela comme d'une erreur de jeunesse. Sachez que Jacques Chirac se serait engagé, dans sa jeunesse, dans des mouvements d'extrême gauche et parlait ensuite d'erreur de jeunesse.] Ce que je sais c’est que cette manifestation, prévue depuis des mois, fut interdite le vendredi soir (pour le samedi) par la préfecture. Rendue illégale quelques heures avant, son parcours initial fut donc entrecoupé de paquets de CRS…

Belle performance. En effet, je ne sais pas comment ils auraient pu aussi bien casser une si grosse manifestation sinon.

D’autres ont été cassés. Et vous, si un jour vous perdez un œil pour avoir donné votre opinion, vous faites quoi ? 

Quentin Torselli, un charpentier de 29 ans gravement blessé. « Je n’étais pas armé, je n’avais pas de masque à gaz, je n’avais pas de lunettes de protection », relate t-il. « On rentrait, les CRS avançaient, avec les camions et tout le truc, et moi je reculais avec d’autres gens. Je reculais en les regardant pour pas être pris à revers et pouvoir voir les projectiles qui arrivaient. Et là, à un moment, j’ai senti un choc, une grosse explosion et là je me suis retrouvé à terre ». Hospitalisé au CHU de Nantes, Quentin a perdu son œil gauche.

Collé à partir de <http://www.bastamag.net/Silence-mediatique-sur-les>

La question qui me reste est: pourquoi céder aux anti-mariage-pour-tous, et réprimer aussi catégoriquement des dizaines de milliers d’écolos ? Que je sache, il n’y a pas de catholiques conservateurs au gouvernement.

.

Je me permets de piquer une chouette publication...

Je me permets de piquer une chouette publication…

Allez, et un peu de musique pour finir…


Un peu de musique.

Non, ce n’est pas une blague. Mais avouons que c’est étonnant… Et trop fort !!

Image de prévisualisation YouTube

Contrôles, dettes et concert.

J’ai passé une longue semaine à l’école. Des contrôles, plein. De la fatigue. Des gens malades et je ne veux pas choper leurs microbes. Trop de cours de sciences, pas assez de philo: pas le temps de réfléchir à ce qui est important. Plus de cours d’Histoire. Non, mes racines ne doivent plus m’intéresser, à part celles qui sont carrées. Autour de moi, certains veulent encore et toujours plus de liberté, se confronter au monde réel: affronter la vraie vie, c’est à dire quoi ? Travailler en vrai, se faire exploiter, c’est ça votre liberté ? Rester le cul posé sur une chaise cinq jours par semaine, ce n’est pas non plus la liberté. Mais le choix devrait être possible et illustrer notre propre liberté qu’est celle de nous poser nous propres limites. Et un raisonnement tel que je voudrais vous faire lire m’est impossible à écrire: à poser mot après idée, puis idée suivie d’un mot, il paraît que je suis compliquée, pas claire.

J’ai chez moi une place pour un concert de Damien Saez, au mois de novembre de cette année, qui ne servira pas. Mais moi, j’irais à ce concert. Si vous êtes intéressé, commentez ou contactez-moi comme vous voudrez, je vous la vends et je l’envoie par courrier (ou selon mes déplacements).

Nous vivons dans un monde qui veut repousser ses limites et qui pourtant ne peut pas. Les humains forcent la planète à vivre à crédit pendant des mois: nous consommons plus que la planète elle-même peut produire. Quand paierons-nous nos dettes ? J’ai peur.


Uneavaliabeule.

Toute la journée j’ai essayé de publier des messages. Ce matin, tout comme il y a 10 minutes, je parviens à publier, mais … Rien. J’aime publier des titres et puis rien –’. Donc. Je voulais publier de la musique. Avec un clin d’oeil à Lullabys (cliquez donc, vous aurez en plus des informations complémentaires à ce que je vais publier !! Là: 

… Publication: Ok ; ….Son: Ok ; Yihaaaaaa !! Alors maintenant: Je vais essayer de publier une image. Un image que je trouve trippante, que j’ai essayé de publier 5 fois aujourd’hui et qui à chaque fois a foiré. Au début, elle était en lien avec l’article. Plus maintenant. 

Uneavaliabeule. dans Chroniques d'un Gourou MushCont-298x300

ArchiveMush-298x300 Blog dans Chroniques d'un Gourou

                             Ça marche … ! Allez, une autre ?


Et puis Zut !

Et puis Zut ! dans Chroniques d'un Gourou MainNov11-300x225

Allez, j’ai décidé d’écrire souvent dans ce blog (Je vous préviens, j’ai décidé la même chose en 2010). J’aurais du boulot cette année, parce que comme tous les ans, je me suis dit: « cette année je vais bosser ». Mais tout de même, me rattacher à l’info et en parler, ça m’intéresse. Je voudrais essayer de vous le faire partager…

Mes recherches se sont tournées vers les autres blogs de mon hébergeur (Unblog). Je suis assez choquée par les avis politiques donnés par ici. Entre les « je suis humaniste mais je n’aime pas les étrangers » et « je suis nationaliste », en passant par « comment bien draguer une fille » (ce qui montre un non-engagement total et navrant), eh ben je suis perdue. Et triste. J’ai pourtant toujours de l’espoir, parce que je ne m’en tiendrais pas là. Na ! J’ai aussi cherché dans la rubrique « Jeunes », parce que mon blog en fait partie aussi. Alors je vous le dis: il n’y a pas beaucoup de jeunes ici. Alors quand on écarte les blogs faits par des écoles et les blogs vides et inactifs, les collections d’images sans texte, j’ai trouvé deux blogs. C’est mieux que rien …

[Edit: Dans la rubrique ‘Journal intime‘, il y a du monde qui raconte sa vie. Si vous avez du temps…]

Pour ce qui est de l’actu, l’info en général, il se passe toujours beaucoup-beaucoup de choses. Il faudra que je choisisse (Ou que mes éventuels lecteurs choisissent).

Et en plus, j’aimerais parler musique. Je n’ai pas mes musiques sur l’ordi d’où j’écris, il faudra que je me fasse copine avec ma clé USB ;)



L'EPS au lycée français de ... |
hoyosxavier |
profdoc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MA LIVE
| BLEACH vs DBZ vs ONE PIECE
| ASIA SUKIDA