Je n'ai qu'une chose à te dire…


Archive des tags

Articles taggués avec decouverte :

Le monde des grands

Vous n’êtes pas votre bulletin de notes !

La société est un processus bien réfléchi. Tout le temps où le bulletin de notes est mauvais, on se sent rabaissé, mais quand il devient bon on est bien content de s’y associer. Si le reste n’est pas terrible, il y a au moins ça. Et maintenant que le bulletin est bon, je ne veux pas que quelqu’un me prenne ma place durement gagnée. On ne me prend pas ce qui me rassure, je mords. J’ai beau avoir une société autour de moi, je suis une bête féroce. Voilà.
Hier, j’ai été à un forum de recrutement pour trouver un stage et apprendre à parler aux gens dans un contexte chelou professionnel. C’est aussi un monde de vautours : quelqu’un vient te voir « tu trouves des entreprises qui te plaisent ? » « Oui », dis-je, et il y en a une qui m’intéresse vraiment que je n’ai pas encore été voir. Et que fait cet interlocuteur ? Il se dirige vers cette entreprise. Alors évidemment, je m’inquiète, il pourrait me voler mon stage. Je suis une ex-hippie perdue dans ce monde de concurrence. Je sais pas ce qui est le pire dans la pensée précédente : que je puisse penser tout de suite qu’il va voler l’offre de stage ou qu’il s’agisse déjà de la mienne ?
Je ne sais pas ce qui est le plus angoissant : se retrouver dans ce contexte ou penser comme un prédateur dans ce contexte ? Parce que je ne suis pas à l’aise, j’ai des comportements que je n’aurais jamais eus avant – crois-je.

Le monde des adultes c’est vraiment pas marrant. Je ne sais même pas comment je l’imaginais, mais ce que je vois n’est pas terrible. Ce que je fais non plus. Le monde des adultes est mauvais à cause de gens comme moi qui ne savent pas comment on fait.


Encore un fantasme.

Il y a des mois de ça, nous faisions la connaissance de Bob, un sapiosexuel. Le sapiosexuel est attiré par les personnes intelligentes, et plus si affinités : cultivées, avec un emploi stable, et je suis sûre que s’ils font la cuisine c’est pas de refus.

Maintenant, on commence à se poser des questions sur le monde du numérique, et comment il intervient dans nos vies. Non, je ne veux pas garder le suspense trop longtemps : Bob peut cumuler et devenir un datasexuel. Premièrement, ça fait un peu geek, c’est branché (sans mauvais jeu de mot … quoique si), le datasexuel est encore plus hype que le simple metrosexuel.

datasutra

Pour se fondre dans la masse …

Deuxièmement, ça stimule le mental : Le datasexuel, c’est l’individu que vous trouverez sur les réseaux sociaux, celui qui va observer des tas de profils sur les sites de rencontre et devenir celui que tout le monde désire – statistiquement. C’est la personne qui va, depuis son smartphone à 800 euros, écrire ce que vous voulez lire, et aussi montrer ce que vous voulez voir. Eh oui, le datasexuel prend aussi soin de son apparence (parce que si t’as suivi, il est celui que tout le monde désire, et statistiquement, on désire aussi l’apparence). Et puis d’ailleurs, l’individu (devrais-je dire l’entité ?) datasexuel prend soin de tout ce qu’il fait parce qu’il partage tout sur son twitter, sur instagram, sur tumblr…

Bob a décidé de partager tout ses repas sur Instagram. Et aussi toute la musique qu’il écoute. Enfin, toute la musique que tu écoutes. Parce que non seulement Bob écoute de la musique géniale et mange des trucs super bons et sains, il le fait exactement comme toi tu essaies de faire – c’est d’ailleurs pour cela que tu le suis.

Mais dis, il y a un problème … Bob aime se faire suivre !

 Mais il y a quand même un truc qu’on a perdu de vue. C’est que Bob est exigeant. Bob est toujours sapiosexuel, il aime l’intelligence, et il se sent toujours très seul. En plus d’être ego centré (sérieusement, partage tout ce que tu fais et te faire suivre pour ça ?). Alors, Bob va tomber amoureux de son système d’exploitation (d’où la nécessité de bien connaître son Datasutra, ci-dessus), et inspirer le maaagnifique film Her sorti en 2013 – Bob étant meilleur que tout le monde, il fait de la science fiction dans le passé. Mais Her, c’est juste une histoire de relation à distance.

Bob, t’es con, tu n’as rien inventé, même si tu avais peut être un super smartphone et que ta copine était toujours disponible quand tu l’appelais.

A ce propos, une critique de Her - et je sens que ce film va me courir sur le haricot, les ovaires et les orteils pendant mes prochains cours de sciences humaines … 

Sources :
Quel datasexuel êtes vous ? #
Etes vous datasexuel ? #
Pour l’illustration : Asexual humor #

Quel engagement ?

Quel engagement ? dans Chroniques d'un Gourou img_2011

A défaut de cultiver mon jardin, qui n’est que mottes de terre sèches et désordre, à défaut de rechercher le bonheur dans les choses simples, en travaillant comme Candide # (quoi que…), j’ai lu. Cet été, j’ai pris le RER, le métro et le train #. Et j’en ai encore pour deux semaines.

Et, sur ces sièges où des millions de derrières se sont posés, où des millions de gens ont transpiré cette semaine, on trouve le temps d’ouvrir un bouquin et d’oublier le monde autour.

Cet été, j’aurais compensé le manque d’engagement et d’action que je me reproche # par de la lecture — par de la culture.

1984_m10 conscience dans Chroniques d'un Gourou

Je t’ai déjà parlé de Effondrement # . C’est celui qui m’a pris le plus de temps, parce qu’en plus d’être un pavé, c’est pas une histoire qu’on raconte, c’est l’Histoire qu’on questionne.

Une de mes grandes victoires, un accomplissement peut-être, c’est 1984. Si tu regardes la présentation que j’ai faite de moi l’année dernière # , tu vois qu’il est dans une liste privilégiée (OK, Effondrement l’était aussi). De plus, c’est le premier bouquin que j’ai lu en anglais (on ne s’en doute pas en regardant la tranche, sauf que… regarde : ce n’est pas imprimé dans le même sens. Ah, ces anglais !), et je l’ai bien vécu.

A part que je ne me suis pas encore tout à fait réconciliée avec « Ce qui fait de nous des humains, c’est l’amour » et autres dérivés, c’est bien un livre « culte », beaucoup de monde en a entendu parler, a entendu parler de Big Brother, de Newspeak (ou « novlangue »). C’est un bon livre, qui ne laisse pas sans réaction (pendant la lecture comme à la fin).

Prévert et Charb, je les ai lus fin juin. Le Petit traité d’intolérance, je le recommande chaudement, il m’a vraiment beaucoup fait rire. Tu sais, ce rire que tu n’arrives pas à retenir, mais tu sais que tu es dans un train, qu’il n’y a  pas un bruit et que les gens vont se demander ce que tu fais. Ce rire où tu serres les dents pour ne pas déranger tes voisins mais ça déforme ton visage, et ça tes voisins ont dû le remarquer encore plus.

Prévert, c’est beau. Parfois c’est cru, méchant, cynique. Aussi engagé, anticlérical, ou juste bizarre. Et avec ça, il te donne envie de vivre, envie de croire à l’amour.

 

Et puis il y a Vallès (… # qu’est belle comme un soleil, et qui m’aime pareil que moi j’aime…), Vallès qui écrit la deuxième moitié du XIXème autour d’un personnage, et ce personnage c’est lui. L’enfant, Le Bachelier et L’insurgé, c’est l’autobiographie romancée de ce gars, ce qui l’autorise à ne pas vraiment écrire une autobiographie. Je suis en train de lire l’Insurgé.

Parfois, il m’agace profondément, avec ses idées de révolutionnaire lettré, qui se permet de choisir qui est digne d’être « le peuple » et qui ne l’est pas. Prenons le chapitre XIV, Le Bachelier :

« Le peuple ! Où est donc le peuple ici ?

Ces meneurs de bateaux, ces porteurs de cottes, ces Bas-Bretons en veste de toile crottée, ces paysans du voisinage en habit de drap vert, tout cela n’est pas le peuple ! « 

Eh bien mon grand, on comprend pourquoi tes idées de révolutionnaire n’ont pas pris partout, on comprend pourquoi ces idéaux de Jacobins puissent être rejetés. Tu veux te battre pour le peuple, mais seulement le peuple qui te plaît. Seulement quelques parisiens et quelques paysans du coin où tu es né. Bref.

Il y a aussi du bon, tiens :

« Des femmes partout – Grand signe !

Quand les femmes s’en mêlent, quand la ménagère pousse son homme, quand elle arrache le drapeau noir qui flotte sur la marmite pour le planter entre deux pavés, c’est que le soleil se lèvera sur une ville en révolte » (XV, L’insurgé).

OK, la femme est une ménagère avec une marmite, mais j’aime bien cette image tout de même.

Ces livres, ce sont un morceau d’histoire qu’on ne connaît pas toujours bien, l’histoire du second empire et d’une révolution ratée. Des jeunes qui font de la politique, s’emportent et veulent se battre, en se figurant ça aujourd’hui ça fait tout drôle. On y apprend aussi tout plein de noms, je sais maintenant qui était le mec qui a donné son nom à la rue où j’habite, pareil pour quelques stations de métro.

fleurs10 Culture

Je n’ai pas la prétention de me lever pour aller jeter des pavés. Je n’ai pas celle du poète engagé qui lutte avec du papier. Je ne suis pas celle qui empêcherait un régime autoritaire et liberticide de se mettre en place, ni celle qui sauvera notre société d’un effondrement possible. Je ne vais pas vous faire rire.

Ces livres le font. Ces livres ont en eux l’espoir que quelqu’un ou quelque chose le fera. Ces livres transmettent l’espoir de quelque chose de beau, je crois.

 

En attendant, je vais cultiver ce jardin de terre sèche pour manger du persil demain.


Aujourd’hui, de la poésie

Des armes, des chouettes, des brillantes,
Des qu’il faut nettoyer souvent pour le plaisir
Et qu’il faut caresser comme pour le plaisir
L’autre, celui qui fait rêver les communiantes

Des armes bleues comme la terre,
Des qu’il faut se garder au chaud au fond de l’âme,
Dans les yeux, dans le coeur, dans les bras d’une femme,
Qu’on garde au fond de soi comme on garde un mystère

Des armes au secret des jours,
Sous l’herbe, dans le ciel, et puis dans l’écriture,
Des qui vous font rêver très tard dans les lectures,
Et qui mettent la poésie dans les discours.

Des armes, des armes, des armes,
Et des poètes de service à la gâchette
Pour mettre le feu aux dernières cigarettes
Au bout d’un vers français brillant comme une larme.

Des Armes, Léo Ferré (1969)

C’est sans doute un des premiers poèmes que j’ai appris par cœur. L’album « Des visages, des figures » de Noir Désir est sorti le 11 septembre 2001 (quelle date emblématique), et nous l’écoutions dans la voiture à chaque long trajet – chaque semaine mes parents roulaient deux fois deux heures. Un poème mis en musique passe le message du poème, et plus encore. Un poème mis en musique se retient plus facilement, aussi. D’ailleurs, quand tu apprends un poème, n’as-tu pas une mélodie qui l’accompagne en tête ?

Aujourd'hui, de la poésie dans Chroniques d'un Gourou tumblr_mnrhimCNdp1rj8vkao1_1280

#

Par curiosité, j’ai voulu lire des analyses de ce texte. Et j’y ai trouvé de quoi compléter un article précédent, Bleu.

Deuxième strophe : « Des armes, bleues comme la terre ». Le bleu est la couleur des artistes, couleur divine (Morbleu !) et couleur de l’amour. D’autres disent couleur de l’amour pour les artistes (tu sais, ces gens un peu différents mais/donc fascinants … Tss. Pour moi ce sont tous ceux qui s’autorisent le rêve, ce sont les autres qui sont différents). Donc oui, le bleu est une couleur chaude. Merci Julie Maroh.  Il y a aussi la dimension spatiale (pas n=3 mais l’exploration de l’espace) puisque le texte date de 1969 : il est tout frais que la Terre est vraiment une planète bleue. Mais cette dernière partie relève possiblement de la sur-interprétation (dans la catégorie : on le dit mais c’est peut-être inconscient même chez l’artiste).

Ce sont les armes qui sont bleues : il y a un rapport amour/haine puisque les armes peuvent aussi être positives ici : la poésie est une arme, les mots sont une arme, les poètes peuvent mettre le feu aux dernières cigarettes [des condamnés à mort].

Le-1er-de-la-classe Couleur dans Chroniques d'un Gourou

#

#

Analyses : # # #

(la dernière est « l’analyse des silences dans les musiques populaires actuelles », que de questions existentielles ! Haha)


Le Pape, le Dalaï Lama, et … Keny Arkana

En novembre dernier, je m’interrogeais sur la religion, un peu. J’avais dû étudier le texte d’un homme d’église, et ce texte n’était pas le premier à bousculer l’idée que je me fais des croyants …

Je suis convaincue que la science (celle de nous) ne peut pas tout expliquer, tout a certes un sens mais l’humain n’est pas, je crois, surpuissant (il est surtout très con), et donc ne peut pas tout comprendre. Je pense par exemple qu’on peut avoir besoin de philo pour faire de la physique, et puis un raisonnement scientifique n’a jamais fait de mal à une disserte.

Le pape François m’a paru sympathique assez tôt. Il y a peut-être deux ans, il avait été dans une prison pour laver les pieds des détenus, comme les autres papes avant lui (et puisque je me suis arrêtée à la Genèse dans ma lecture de la bible, je ne sais pas trop à quoi ça correspond). Toujours est-il que cette fois ci, les détenus étaient des femmes, et c’était une première. Donc déjà, j’avais trouvé ça chouette.

Le Pape, le Dalaï Lama, et ... Keny Arkana dans Informations tumblr_mqbohxiyaG1qc1wg1o1_500
Oui, des parapluies. Comme ça. #
 

Non, je ne vais pas me convertir. Mais attends un peu.

Ce matin donc, je regarde les actualités du Monde  (du foot, des anomalies sur le chantier de l’EPR, un maire FN qui veut supprimer une mosquée), de Rue89 (Je vais arrêter de regarder celle-là, il y a peu d’intérêt), puis Basta! qui est un « média indépendant », avec des « journalistes engagés » (encore un truc de communiste !), et eux ont un article sur le pape. En regardant à nouveau, ils ne sont pas les seuls, puisque une nouvelle encyclique est « sortie ».

Dans cette encyclique, il y a 74 fois le mot « écologie » (Ctrl+F : de la fraîcheur dans ma vie), mais c’est parce que je suis bête et que je n’ai pas saisi que c’est une « encyclique sur l’écologie », enfin : sur la « sauvegarde de la maison commune ».

Plus je lis des morceaux de ce truc, plus j’aime ce pape. D’accord, ma connaissance est très limitée, je n’ai jamais lu d’encycliques avant (maintenant j’arrive à écrire ce mot correctement, voilà), la lecture de la Genèse m’a donné envie parfois de vomir, je ne sais pas ce qu’ont fait les autres papes. Mais celui-là est spécial, sinon Basta! n’en parlerait pas …

Il est gentil, il me comprend :

« Je n’ignore pas que, dans les domaines de la politique et de la pensée, certains rejettent avec force l’idée d’un Créateur, ou bien la considèrent comme sans importance [...]. D’autres fois on considère qu’elles sont une sous-culture qui doit seulement être tolérée. Cependant, la science et la religion, qui proposent des approches différentes de la réalité, peuvent entrer dans un dialogue intense et fécond pour toutes deux. » #

Plus haut, j’ai juste voulu dire la même chose avec « philo » à la place de « religion ».  Je l’ai beaucoup moins bien dit, certes. Mais laisse moi flatter un peu mon ego, tu veux ?

Le discours social

« Les pauvres ne sont pas des êtres résignés, ils savent protester, et se révolter. (…) J’espère que le vent de cette protestation deviendra un orage d’espérance. »  #
 

[Keny Arkana : Jeunesse du monde -- Entre ciment et belle étoile] [Paroles]

J’ai déjà fait un parallèle en novembre dernier. Sérieux, « Si dieu le veut bien ça sera les gens simples contre les ordres » ? Alerte croyant ! Puis « Le système capitaliste n’est qu’un prédateur, regarde dans le monde ce qu’il réalise » … Alerte gauchiste ?

La phrase au-dessus est extraite d’un discours du pape François en octobre dernier à l’occasion d’une rencontre mondiale des mouvements populaires.

« Certains, quand je demande pour les pauvres de la terre, un toit et un travail, disent que ‘le Pape est communiste’ ! Ils ne comprennent pas que la solidarité avec les pauvres est la base même des Évangiles. » #
 

Le discours écolo

« Ces situations provoquent les gémissements de sœur terre, qui se joignent au gémissement des abandonnés du monde, dans une clameur exigeant de nous une autre direction. Nous n’avons jamais autant maltraité ni fait de mal à notre maison commune qu’en ces deux derniers siècles. [...]  Il devient indispensable de créer un système normatif qui implique des limites infranchissables et assure la protection des écosystèmes, avant que les nouvelles formes de pouvoir dérivées du paradigme techno-économique ne finissent par raser non seulement la politique mais aussi la liberté et la justice. » #  Paragraphe 53

 Pas seulement écolo, en fait. C’est lié.

 

[Keny Arkana -- Terre mère n'est pas à vendre]

Et, au paragraphe suivant:

« La faiblesse de la réaction politique internationale est frappante. La soumission de la politique à la technologie et aux finances se révèle dans l’échec des Sommets mondiaux sur l’environnement. Il y a trop d’intérêts particuliers, et très facilement l’intérêt économique arrive à prévaloir sur le bien commun et à manipuler l’information pour ne pas voir affectés ses projets. »

 

Je n’ai pas grand-chose à dire, finalement. Je vais passer un peu de temps à tout lire, parce que ce n’est pas aussi concis qu’un tract du front de gauche ! C’est aussi beaucoup plus complet, et … Comment ça c’est pas comparable ? Ouais bon, vous m’agacez.

 

Quand même, dans le 3ème chapitre, un titre comme  » CRISE ET CONSÉQUENCES DE L’ANTHROPOCENTRISME MODERNE », c’est badass !

 

L’être éveillé

Je n’ai pas encore parlé du Dalaï-Lama ici. Juste dans le titre. En fait, c’est que j’aurais eu plus tendance à associer un tel discours écolo à un moine bouddhiste. Finalement, c’est toujours la même chose : amour de son prochain.

Alors, voici un morceau du discours du Dalaï Lama, prononcé à sa remise du prix nobel de la Paix, il y a 26 ans.

« Guerre et paix, destruction ou protection de la nature, violation ou défense des droits de l’homme et des libertés démocratiques, misère ou bien-être matériel, existence ou non de valeurs morales et spirituelles, compréhension ou non à l’égard d’autrui ne constituent pas des phénomènes isolés que l’on peut analyser et aborder séparément les uns des autres. Ils sont en fait interdépendants, à tous les niveaux, et doivent être compris dans cette optique complémentaire. »
[...]
Les jeunes de nombreux pays, notamment dans le Nord de l’Europe, ont demandé avec insistance que l’on mette fin à la destruction de l’environnement menée au nom du progrès économique et qui risquait d’être lourde de conséquences redoutables. Et voilà les dirigeants politiques du monde entier qui commencent à prendre des mesures concrètes pour traiter le problème. #

C’était en 1989 en on croyait que le monde devenait écolo. Ça fait un quart de siècle et il est toujours urgent de faire quelque chose pour de vrai, souviens-toi : « Soumission aux finances = échec des sommets pour l’environnement »

 

tumblr_m5jdgqBvjA1ry10fwo1_500 découverte dans Informations
Tenzin est déçu.

Dans tous les cas, à part que Keny Arkana et Jorge Mario Bergoglio soient argentins tous les deux, les trois intervenants dans cet article ont des chances d’être des êtres éveillés. Au moins un petit peu. Peut-être vraiment beaucoup pour Tenzin Gyatso.


Ma partenaire domestique sans affinités

L’écriture de cet article n’engage que la responsabilité de son auteur.
L’article de Ella Stique est à voir .
Ma partenaire domestique sans affinités LiebsterAward
.
Salut les cotonneuses ! Avec EllaStique, nous avons été nominées au même liebster awards cette semaine par Labinocline ! Ayant découvert le concept de guest-blogging à peu près en même temps que celui des liebster awards, nous avons décidé de mélanger les deux : voici donc le liebster-awards-guest-blogging ! Applaudissez le concept. 

Ce petit « défi » (ou épanchement du moi sur le blog) consiste à dire 11 choses sur soi, puis répondre aux 11 questions posées puis à poser 11 questions à d’autres blogueuses. 
.
A propos de ma dernière coiffure ou 11 choses que j’ai décidé de dire de EllaStique : 
1. EllaStique m’a dit un jour : « puisqu’on m’a toujours dit de ne pas jouer avec la nourriture, je ne fais pas d’équitation ». Je ne ferai pas de commentaire de peur qu’une militante acharnée et amie des chevaux s’en prenne à elle.
2. Imite parfois l’algue.
3. Selon moi, l’adjectif qui la décrit le mieux est Rumplestiltskine.
4. Parle quatre langues, dont une rare (comme un pokémon).
5. Connait par cœur toutes les répliques du premier épisode de La légende de Korra. Respect.
6. EllaStique aimerait devenir ingénieur.
7. EllaStique est une aventurière : elle a beaucoup voyagé à l’étranger et parfois toute seule !
8. On peut laisser EllaStique seule sur une île déserte, tant qu’elle a des graines de tournesol. Je suis sûre qu’elle se lève parfois en pleine nuit pour en manger, passant de sa chambre à la cuisine en rampant comme un élastique-garou. C’est assez inquiétant.
9. Elle m’a déjà confié qu’elle aimerait bien manger tous les pigeons de la Terre entière. Elle en sera surement malade.
10. EllaStique a une troisième joue sur le front, et une quatrième sur sa nuque. Touche ta nuque.
11. Quand elle mange des pommes, elle ne laisse que la tige.
.
tumblr_n0x3n7wjvE1rk9vano1_500 Blog
.
Mes réponses aux questions de Labinocline ou A PROPOS DE MOI (c’est écrit en gros parce que c’est important) : 
1. Quel est ton plus beau souvenir ? 
Le lait de ma mère, tous les bébés adorent ça. Je ne m’en souviens pas personnellement mais je suis sûre que j’étais contente.
2. Tu préfères les pays chauds ou les pays froids ? 
Les pays froids. Trop de soleil tue les Koppas (et particulièrement les yeux de Koppa).
3. L’adjectif qui te décrit le mieux ? Sprantanquante.
4. Quel serait ton blog parfait ?
Voir définition « parfait » , donc n’existe pas car un blog parfait devrait être un blog fini or il n’existe aucun blog qui fasse le tour d’un sujet. Imaginons un blog avec un unique article qui serait la liste des élèves d’une classe : cela correspondrait-il au concept de blog ?
5. Quelle chose ne jetterais-tu pour rien au monde ? Une grenade-bombe-nucléaire.
6. Le cadeau le plus insolite que tu ais reçu ?
Entre mon peignoir et mon pied de biche, je répondrais sans hésiter mon peignoir étant que mon pied de biche était un cadeau s’inscrivant dans un contexte (toujours d’actualité : ma passion pour les invasions de zombie) tandis que mon peignoir était une surprise absolue.
7. Ta phrase préférée ?
« La peur n’évite pas le danger ». J’utilise cette phrase ne mode survivor. Cela peut arriver avant une khôlle ou quand je me perds dans les bois alors que la nuit va tomber.
8. Si tu étais un personnage historique tu serais ? Philip Carvel.
9. La chose la plus folle que tu ais faite ?
Moi-même évident. Je suis la chose la plus folle que j’ai fait dès que j’ai commencé à prendre des décisions.
10. Comment imagines-tu ton avenir ? 
Étant donné que nous sommes déjà confrontés à une croissance démographique non contrôlée et qu’aucune mesure ne semble être prise concernant ce fait, je préfère ne pas imaginer mon avenir.
11. Le genre de musique que tu écoutes ?
Dernièrement j’ai beaucoup écouté le BO de La vie rêvée de Walter Mitty.
.
EllaStique ayant déjà inventé grâce à de la petite poudre de fée 6 questions pour nos prochaines victimes, je vais en choisir 5 autres : 
.
10. Que penses-tu de la main de Dieu ? (réponds d’abord franchement puis envisage la question selon la main de Dieu grattouille-tête
8. Si ton médecin t’annonce que pour des questions de survie, on doit te greffer un nez supplémentaire, où choisirais-tu de le mettre ?
1. T’arrives-t-il de faire l’algue ? Si ce n’est pas le cas, essaye immédiatement (oui, j’ai poussé le concept liebster-awards-guest-blogging jusqu’au gage bon enfant)
5. Quel est ton film bizarre préféré ? 
11bis. Si tu étais un super-héros, aurais-tu des animaux de compagnie ? 
6. Es-tu content(e) d’être nominé(e) ?
.
Poudre de Fée, ou les questions de l’EllaStique :
7. Quelque chose qui ne t’ennuie pas ?
11. Ce que tu faisais quand cet article a été publié [le 18 mai autour de 18h] ?
3. Une série/un livre/les deux que tu recommandes à la terre entière tes amis ?
9. Une décision marquante que tu as prise ? (Ou, si cette question est trop mauvaise : Le dernier truc cool qui te soit arrivé ?)
2. Une langue que tu voudrais apprendre à parler (et à écrire) ?
4. Une qualité et un défaut (de toi) ?  (cette question est mal posée)
.
Et voici donc les nominées (moua ha ha) : lafilleaddamsSueLysCheminDuSoleil et Captainrawr. Je manquais un peu d’imagination mais j’espère que vous vous rendrez compte que l’honneur qui vous est fait.
.
Et les nominées par EllaStique : Bettasplendens, Safianechka, DansunMondedeGrands, et aussi Phanie7631.

tumblr_mldoh0c42L1rebo1lo1_500 découverte
Mais si, tu es content(e) d’être nominé(e) !

Bête et méchant

J’ai consulté les statistiques de mon blog, et comme d’autres peuvent en témoigner, les articles les plus visités ne sont pas toujours ceux auxquels on pense.

Mon article le plus visité date de décembre 2012, il parle d’un bouquin que vous pouvez d’ailleurs m’offrir pour noël (il n’est pas trop tard !); en deuxième position vient « Noyons noël !« , décembre 2012 aussi. La raison de sa popularité ? L’image, se revendiquant comme originaire du journal Hara-kiri, souvent recherchée dans uncélèbremoteurderecherche-images.

Cette semaine, intriguée par l’intérêt porté au journal, je l’ai cherché et … Il n’existe plus depuis 1986 ! Honte à moi, je ne savais pas. En fait, il s’agit de l’ancêtre de Charlie Hebdo. Juste ça.

harakiri

En ne cherchant pas longtemps, on trouve des couvertures … plutôt cool. J’en ai redécouvert quelques unes.

Et puis j’ai aussi trouvé quelques autres couvertures, pour le fun.

Je n’ai jamais lu Charlie Hebdo, par contre il y a bien Siné: c’est le nom d’un dessinateur, qui d’ailleurs a dû bosser dans le précédent journal, puis a préféré faire le sien (après s’être fait virer, en fait). Maintenant il est vieux et mourant, mais il ne meurt pas, et continue à faire des chroniques, j’aime bien cette idée que même « presque mort » (c’est lui qui le dit), on peut rester fidèle à ses convictions. Même, avoir des convictions fortes peut maintenir en vie, après tout : on a toujours le choix.

noel siné

Oui, c’est du même genre que l’autre au-dessus, non je n’essaierai pas de vous « convertir » au communisme.

Je crois qu’il n’y a pas grand-chose à dire. Est-ce que ces atteintes à l’esprit religieux de noël sont une atteinte aux religieux tout court, ou alors est-ce la protestation de notre (de leur) propre morale, fruit d’une éducation judéo-chrétienne, qui dénonce une capitalisation des traditions ?

Edit:
Cet article a été écrit, regardez bien, en décembre 2014.
Avant le 7 Janvier.
Au cas où j’ai l’air de dire de la merde.

Ce soir, c’est galettes.

Je voudrais parler religion…

C’est simple: pourquoi les catholiques sont de droite ? Ou alors pourquoi dit-on qu’ils sont de droite ? La religion, la spiritualité, ne devrait pas prendre parti. Mais bon, les vieilles religions monothéistes ont eu leur moment « je veux m’intéresser au politique et contrôler le monde (Mouhahaha) »… Donc il y a bien eu des côtés, des prises de pouvoir, des malentendus dans l’histoire. Je le leur accorde.

Maintenant, quand j’entends ça :

La force est en nous-même, secret de la création

Entends des anges à ton oreille te souffler la mission

…Mon esprit anti-catho–je-crois-en-rien-à-part-en-moi fait en grand bond de côté. Mais n’ayez crainte, j’essaye de m’ouvrir un peu. Je voudrais au moins comprendre. Pourtant, j’ai l’association d’idée: croyant=manif pour tous, et là je re-bondis (Ben non, je ne suis pas très attachée à ce mouvement).

Puis, je t’avoue que ce sont des paroles de Keny Arkana. Donc a priori, je ne devrais pas bondir. Du moins pas pour les mêmes raisons (tu peux bondir si tu veux…).

Donc voilà, revenons aux sources: religion, mais aussi spiritualité. La réflexion, les gens !

J’ai eu une colle d’anglais cette semaine. J’ai eu à préparer le texte d’un homme d’église, je ne sais pas quelle profession (c’est comme dans l’armée, je ne me risquerais pas à confondre un colonel et un général !), qui parle de la vérité. Très important, la vérité ! Très difficile aussi. Se recevoir la vérité dans la gueule, ça fait mal.

Il dit ceci:

God is the author of all that is good and all that is true! Hence, since no one religion, one church, one culture, one philosophy, or one ideology contains all of the truth, we must be open to perceive and receive goodness and truth in many, many different places – and we must be open to the tensions and ambiguity this brings into our lives.

Et c’est intéressant, parce que ce gars est chrétien, il bosse à l’église, et il ne défend pas directement son (saint) patron.  Et c’est là qu’il est très fort, c’est qu’au lieu de dire « ma religion est la meilleure », il nous raconte que sa religion est cool, en tout cas lui est cool, parce qu’il est ouvert aux autre religions.

Ce qui est intéressant encore, c’est que je peux m’identifier en anti-lui:

Because I was still insecure intellectually, I leaned more towards the self-protective approach

 J’ai toujours cette « self-protective approach », mais j’ai décidé de m’en détacher. Je te promets que je vais essayer. Disons que j’ai déjà pas mal commencé, quand je suis sortie de mon cocon bretonnant.

Même par rapport à Keny Arkana,qui est plein de choses mais pas une bonne sœur, j’avais fait un bond de côté à l’approche de l’ambiance prière, création des certains de ses textes. Certes, je fais toujours des bonds dans certains cas, en politique par exemple, parce qu’il y a des points de vue que je considère inacceptables. En musique aussi, j’ai par exemple du mal avec le jazz. Mais n’aimant pas le jazz (c’est ce que je me suis dit), eh bien je n’en ai pas écouté des masses, donc je n’ai pas eu l’occasion d’apprécier d’éventuels morceaux formidables…

Trop de gens restent dans leur milieu « par défaut », celui de leur famille, celui de leur éventuelle classe sociale. J’ai la chance d’avoir, au sein de ma famille, des avis divergents… Mais pas trop divergents. Originaux tout de même. Assez pour que j’accepte, au bout de plus de dix ans, d’aller voir comment ça se passe ailleurs !

‘Fin bon quand même:

Nous on croit pas en leur justice, nous on croit en celle de là-haut

Mon frère, ne perd pas la foi, toi qui n’y croit plus on a besoin de toi

Il va falloir un peu de temps (éventuellement une éternité) pour que je me mette à écrire « dieu » avec une majuscule.

Enfin bon, ne vous y trompez pas, je n’ai jamais voté pour faire comme quelqu’un d’autre. Je ne sors pas d’un milieu que je considère hyper-fermé (tu me diras, c’est parce que c’est mon milieu. Je perçois mieux les nuances), non je n’ai pas été à l’école dans une secte.

.

pignon

… A agrémenter d’un petit morceau d’électro.

Au fait, je n’ai pas de réponse à apporter au fait que les catholiques soient de droite. Il y a bien la loi de conservation de la charge les conservateurs, la tradition… Mais j’ai pas envie de me mettre à parler de ça, là maintenant.

Paroles #1

Citation #1#2

Paroles #2

Et si tu me lis, alors: Bon anniversaire Solenn P. !!


Mots en passant

Portes

Bridgekeeper: What… is your favourite colour?
Sir Galahad: Blue-no! [he is also thrown over the edge] YEELLLLLLLLLLLLOOOOOOOOWWWWWWWW!
(Eh ! En français on avait « Bleu – non ! Rouge ! »)

.

Mon idée du bonheur durable, de la tranquillité, de l’amour s’est effondrée. Bien sûr, tout autour le monde s’effondrait parfois, mais j’avais pour mon compte ce rocher dans la mer démontée, celui qui tient debout depuis des années et qui donne l’impression qu’il tiendra toujours. Celui qui fait croire que « longtemps » c’est l’éternel, l’exception qui confirme ma règle. Mais l’érosion est un fait. C’est peut-être un phénomène lent, mas il est inévitable, et bientôt je n’aurais plus de rocher. Déjà, il est incertain et je ne me fie plus à lui, mais maintenant je sais qu’un jour il ne sera vraiment plus là. Je pars. Je suis un gros écureuil sous le poids duquel les petites branches plient, et j’ai bien peur de devenir le repas d’un truc encore plus gros que moi, en bas après la branche.

This is my main problem, already. I’m affraid … Aon da vezañ un dra ne c’hellfen ket mestroniañ, aon rak an dud ne c’hellfen ket kompren, aon evit an dazont. Even (and in particular) normal people scare me. But sometimes, it happens that I meet great strange people and… I hope I will be able to build a new idea of happiness for my own. It has started long ago. Levenez padus a zle bezañ evel an diorren padus, ret eo kaout c’hoant :)

Les gars, je ne ferai pas d’efforts supplémentaires aujourd’hui. L’idéal serait qu’un jour je fasse chacun de mes articles en plein de langues différentes. Il faudrait même que je me décide à oser l’allemand (où je suis aujourd’hui limitée à Apfel… Ein Apfel).

Certes, le titre de l’article avait un but bien plus profond que celui de parler de ma gueule. Maupassant, ça te dit quelque chose ? Je voulais parler du Horla.

Sur mon rocher lointain, nous avions la tradition de parler de Horla-s pour désigner des personnes plus ou moins étranges, atteintes au niveau de l’esprit, parfois du corps, par exemple du délirium tremens. La nouvelle de Maupassant, Le Horla, fut écrite quand lui-même était déjà atteint de folie, causée par la syphilis qui le tua (protégez-vous des MST !). Bon, jusqu’ici tout va à peu près bien.

Mais un jour, la nation du feu décida de passer à l’attaque.

Mais un jour, ma colloc préférée  ajouta le prénom « Orla » à la liste des prénoms possibles et imaginables à donner à ses enfants futurs, possibles et imaginables. Comment ? Orla, ce nom de fou ? Ce mot que j’utilise de manière dédaigneuse pour parler des tarés que je croise ? Parfaitement. Orla.

Et puis comme les voyages forment la jeunesse, j’ai découvert il y a plus d’une semaine l’existence d’une chanteuse (qui fait des reprises, et des chansons à elle) avec ce prénom. C’est son vrai prénom. Elle est anglaise et elle est la cause de cet article: je m’excuse auprès de toutes les Orla du monde pour utiliser leur prénom pour désigner des fous. Parce que je ne compte toujours pas arrêter de le faire.


Achso…

Eh oui, ne généralisons pas, mais les allemands utilisent vraiment beaucoup ce mot. Du moins en allemand, je crois. 

Les gars, je vous écris d’un pays fort fort lointain, ou les gens roulent à gauche, et en plus j’utilise un clavier portugais. Que d’émotions ! Et je voulais vous communiquer un message important [deux points] les gens intéressants ne sont pas tous o`u vous croyez. Et les accents sur les U non plus. Est-ce possible de tomber amoureux de tout un groupe de personnes ? Je pense que ca s’appelle se faire des amis, mais c’est hyper bizarre. C’est l’effet de surprise en plus… Ok, cher lecteur, tu as une vision particuli`ere de l’amitié, tu as bien raison, et des amis que tu vois deux semaines dans ta vie ne sont pas les amis que tu n’as pas arreté d’apprécier en huit ans. C’est quand meme assez énorme de ne pas arreter d’apprécier quelqu’un pendant des années.

Et il y a le langage. Ce truc qui fait que depuis deux semaines je parle anglais, je pense en … disons en francais, et j’écris dans mon carnet de voyage en breton. A ce propos, j’ai fait une pub d’enfer pour le breton. Japaniz, Italianiz pe Alamaned ‘zo ne ouzent ket e oa eus ar brezhoneg. Bremañ e ouzont ez eus deusoutañ, hag ouzhpenn, n’eo ket un « dialecte » ! Namého. [Je viens d'écrire que des gens ont découvert l'existence de ce fabuleux langage celtique.] Le langage, quand il est mal connu, laisse dans la frustration. On y ajoute le temps est l’espace, plus des gens, ca donne des gens potentiellement géniaux mais on peut pas vraiment savoir. 

[to be continued...]


Tu vas où ? – Je reviens !

Que cet échange est banal, mais pourtant: qu’il est absurde !!

Mais bon, on s’habitue. Je ne sais pas si le plus habituel est d’aller ou de revenir. Pour ma part, je suis allée, et je suis revenue. J’ai vécu trois semaines différentes de toutes les autres trois-semaines que j’avais vécues jusqu’alors. Et pourtant, j’ai aussi vécu trois semaines quelque part comme j’aurais vécu trois semaines ailleurs. Tu suis ?

Non, tu es. Suis-je bête.

Tu vas où ? - Je reviens !  dans Chroniques d'un Gourou train-300x232

Bref, j’ai pris le train. Puis je suis rentrée chez moi: dans le pays qui est écrit sur ma carte d’identité et que quand je suis ailleurs, on dit que c’est de là que je viens. Et puis les gens ont l’air de s’intéresser au fait que j’ai été trois semaines loin de chez moi.C’est toujours les mêmes questions: « Alors votre voyage ? Raconte ! C’était bien ? »

Je te défie, à présent, de raconter trois semaines de ta vie, n’importe lesquelles.

C’est difficile.

Il y a aussi les sceptiques, ou les jaloux, je ne sais pas ce qu’ils ressentent en fait, mais ils te disent: « En fait, vous n’avez rien vu. Je t’avais bien dit que vous n’aurez le temps de rien voir. » Ces gens doivent s’attendre à un compte-rendu détaillé de chaque ville où nous avons posé nos sacs de 20kg. Et encore, ça ne serait pas assez. Juste de quoi se présenter à une option: c’est le minimum exigible ! C’est vexant, c’est minimaliste, c’est dommage. Il faudrait quantifier le rien et ensuite voir s’ils ont raison. Et dans une certaine mesure, ils ont raison: rester deux jours dans une ville nous permet de visiter deux musées, deux monuments, de voir une vingtaine d’autres monuments, de rues, d’espaces verts. Pas vraiment le temps de rencontrer des autochtones et de s’en faire des amis.

Par contre, le fait de séjourner en auberge nous fait parler à des gens comme nous. Mais il faut rester au moins deux soirs de suite, le premier soir étant consacré à l’observation et au repos.


Projet jeans et trains d’Europe

 Projet jeans et trains d'Europe dans Chroniques d'un Gourou ulule-jeans_1_jpg_640x860_q85

Je voulais premièrement vous parler d’un projet, celui de fabriquer des jeans produits à moins de 1083 km de chez vous ( si vous habitez en France).  Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le prix se rapproche de celui d’un jean de marque fabriqué on ne sait comment. Ce projet étant en lancement, il a besoin de pré-commandes (350 pour être précis) pour démarrer. Donc, si vous avec 89€ à foutre dans un jean qui durera quelques années et fera diminuer le chômage en France (une dizaine de personnes sur 5 millions, c’est déjà ça ?), cliquez . Au fait: ils font aussi des chaussures. Mais là, c’est 100€. En même temps, des lacets en lin bio et des semelles en caoutchouc équitable, t’as plus envie de les user, après.

C’est maintenant que ça devient important !!

trains-round-up-europe_20681_600x450 avenir dans Chroniques d'un Gourou

Deuxièmement: un autre projet. Parce que j’ai appris qu’on pouvait appeler ça un projet. Découvrir un morceau d’Europe en train et à pieds, avec sac à dos et grosses chaussures, ça vous dit ? Avouez que c’est tentant. Eh bien je compte faire ça ces vacances-là. Départ le 24 juin, retour le 16 juillet, juste à temps pour les vieilles charrues ! Malheureusement, je ne rentre pas dans les cases pour les bourses aux voyages. En effet, je ne pars pas seule, je ne pars pas un mois, mais nous sommes prêtes à faire des détours pour passer voir des gens intéressants.
Ceci est donc un appel à gens intéressants disséminés en Europe qui voudraient bien nous accueillir un jour ou deux, nous faire découvrir leur coin, nous donner l’occasion de nous cultiver. Ceci est aussi un appel à des gens qui auraient déjà fait un voyage du genre pour nous donner des conseils


L'EPS au lycée français de ... |
hoyosxavier |
profdoc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MA LIVE
| BLEACH vs DBZ vs ONE PIECE
| ASIA SUKIDA