Je n'ai qu'une chose à te dire…


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie Chroniques d’un Gourou.

Quelqu’un à protéger.

Dans la tradition du mariage, l’homme devait protection à sa femme, quand celle-ci lui devait obéissance. Je n’invente rien, c’était dans le code civil quand mes parents se sont mariés. Depuis, je crois que la formule a été modifiée; en effet ici la notion d’égalité entre les sexes n’est pas très bien représentée.

Pourtant, dans l’idée qu’on en a, avoir un conjoint revient à vouloir protéger ou être protégé. C’est beau dans l’idéal, mais cependant il en ressort une certaine soumission, ou faiblesse nécessaire. Aussi, il faut s’adapter aux situations.

Du temps pour comprendreJ’aime me sentir utile aux autres, je suis heureuse qu’on puisse s’appuyer sur moi. C’est plus souvent moral, le soutien par l’écoute, essayer de répondre peu mais bien. Le soutien est une forme de protection, car sans soutien nous sommes plus vulnérables. On illustrera plutôt la protection, le soutien, par celui qui est physique: « tu vas tomber, je te rattrape. T’as peur de glisser, je te tiens ». C’est super valorisant de savoir qu’on vous accorde de la confiance aussi, parce que se laisser protéger par quelqu’un, c’est se fier à lui.

Je ne parle pas ici nécessairement d’un couple, d’ailleurs je parle surtout pas de ça. Encore moins du mariage. D’ailleurs, les débats actuels au sujet du mariage me semblent d’un autre temps; ainsi que le mariage-lui-même, dans l’absolu. Je parle de l’entraide, de la solidarité. La base de la vie, de la survie, et certainement une base que nous avons oublié. Certains disent que l’être humain s’est doté naturellement de la parole pour pouvoir échanger avec ses semblables, exprimer ses besoins, se faire aider et donc survivre. Cela me paraît logique, beau aussi; même si beaucoup d’espèces animales vivent en groupes, en meutes, et usent d’un langage moins étendu que le nôtre et survivent de la même façon.

Et l’entraide est muette. Le soutien physique ne passe pas par les mots, pourtant c’est ressenti et très fort. Le bonheur d’être utile à quelqu’un est personnel: on se sent important. Je me répète, non ? Enfin bref, aidez-vous les uns les autres, juste pour le plaisir, c’est très chouette.

Source de l’image.


Lumière noire

Quelqu’un m’a dit un jour que la lumière pouvait être noire. J’ai soutenu le contraire en disant que par définition, la lumière éclaire et donc s’oppose au noir, qui est la couleur de l’ombre. On ne peut pas éclairer avec du noir. Et, physiquement, la couleur noire absorbe toutes les autres, et n’en renvoie aucune (Oui, je considère le noir comme une couleur, et le blanc aussi).

D’autres ont du se poser la même question, comme R.W. Wood au début du 20ème siècle. Il découvrit la lumière noire, qui est en fait violette à l’œil humain. Donc, la lumière noire existe en violet et sert, entre autres, à détecter le faux billets de banque.

Personnellement, j’ai trouvé une autre forme de lumière (noire aussi): Lumière noire dans Chroniques d'un Gourou lumiere-noire-300x233

(Et puis du coup, j’te crois, Marin…)


Femme au foyer

Cela fait 3 jours que ma mère est partie de la maison. 2 jours que ma sœur ainsi que son copain ont bougé vers l’est. 2 jours aussi qu’il n’y a plus que mon père et moi à la maison ! Hier, le père de mon neveu passe et me demande: « Du coup, c’est toi qui fait la cuisine ? » J’aurais aimé qu’il me demande « comment ça va » ou qu’il ne dise rien. C’est si important de faire la cuisine ? Mouais. C’est vrai que j’adore manger et que pour moi un repas c’est très important. Je suis avant tout un estomac !! *va se cacher* Du coup, je lui réponds que non.

Aujourd’hui, ma grand-mère appelle. Elle voudrait parler à un de mes parents, je lui dis que ma mère n’est pas là. « Alors, tu fait la cuisine ? » Euh… Mais pourquoi c’est primordial que tout le monde sache si je fais la popote ? « Ou alors c’est Papa ? » « Un peu les deux ». Oui, cette fois je suis pas fière de dire que je ne fais pas la cuisine. Je m’excuse: je ne ferais pas une bonne épouse.

Femme au foyer dans Chroniques d'un Gourou plageavril2011coupe


Si j’veux mon permis…

… C’est pour mon chien.

A vélo, je peux aller à la plage, mais ma pauvre bête de chien ne peut pas suivre… Il me faudrait un panier à l’arrière, mais aussi plein de cordes pour que le chien ne saute pas sur la route, et même pour pas qu’il bouge parce que merde quoi. Ou alors il me faut une voiture.  C’est beaucoup plus simple une voiture, et puis ça fatigue pas, tu fous le chien dans le coffre, t’es tranquille.

En attendant, j’ai pas de permis, encore moins de voiture. Du coup, je suis quand même allée à la plage. Toute seule. Mais si j’avais été avec mon chien, j’aurais écrit « Toute seule avec mon chien ». Parce que tout seul, des fois ça doit être un état d’esprit, pas un état physique.

Si j'veux mon permis... dans Chroniques d'un Gourou plagenov12-225x300(Vous voyez, j’ai un grand nez.)

C’était bien. Les vacances de la Toussaint ont cet avantage sur les vacances d’été: personne pour nous faire chier, la plage était à moi. Loin, très loin, des petits points, des gens comme moi qui profitaient d’une solitude… à plusieurs (quand je te disais que c’est un était d’esprit…). Ouais, les gens se promènent rarement seuls. Souvent à 2-3. Ou avec leur chien. Et puis là je mens alors: j’étais pas toute seule, j’avais mon vélo et mon appareil photo. Mais j’ai oublié de prendre du papier et j’aurais aimé écrire.

Même si maintenant les gens se barrent sur les routes, si les voyages se font en train ou en avion, quand je regarde la mer je pense à ceux qui voyagent, qui sont partis, qui me manquent. Et aussi aux gens que je connais pas, et qui sont au-delà des mers. Je suis toute petite face à la mer: C’est grand la mer. C’est con un humain qui croit qu’il peut tout. 


Hallucine-je ?

Hallucine-je ? dans Chroniques d'un Gourou ouest-france-fin-octobre-267x300

Ouest-France du Jeudi 25 ou Vendredi 26 Octobre de cette année.

Cet article ne me pose aucun problème, mais ce n’est pas pour ça que je le poste. J’accepte de n’être pas multitâches au moment de l’ovulation. Soit. Mais je n’accepte pas de faire le ménage entre les deux !! Non mais c’est quoi cette petite blague ? J’imagine bien le vieux journaliste relégué à faire ce genre de petits articles en fin de journal: « Tout peut arriver », tout fier de sa petite phrase, parce que pour lui elle était drôle. C’est pas drôle. C’est gratuit et trop facile, à une autre époque il aurait peut être pu la placer, mais pas là. Il … ou elle. Certaines femmes aiment aussi l’autodérision, mais là j’ai des doutes.

Vie De Meuf.


Un grand projet.

Le projet d’aéroport à Notre Dame des Landes (44) est envisagé depuis 1963, inscrit dans les plans d’urbanisme depuis 1974 et déclaré d’utilité publique depuis 2008. Le montant total de l’opération s’élève à 556 Millions d’euros, partagés entre l’état et le groupe Vinci. Le début des travaux était prévu pour janvier 2011, pour arriver à une mise en service en 2017. Mais: Il y a un mais. C’aurait été trop beau pour les investisseurs-bâtisseurs comme Vinci de bétonner sans embûches. La Zone d’Aménagement Différée créée en 1974 était (et est encore) habitée, et malgré de nombreuses expulsions, des militants ont, eux, créé une Zone A Défendre. Depuis 1972, date de création de l’Association de Défense des Exploitants Concernés par l’Aéroport, des actions, des manifestations sont organisées. En 2010 est organisée la première Tracto-vélo: parcours d’une semaine sur 500kms. En 2011, une seconde Tracto-vélo rejoint Paris pour se faire entendre.

Jusqu’ici, pas trop de problèmes, mais les militants peinent à se faire écouter. Au début de cette année, deux agriculteurs ont fait une grève de la faim pendant 28 jours, cessée après un accord qui ne sera pas respectée. A présent, depuis le 16 Octobre, le gouvernement répond par la violence.

Sources: Ici et .

La guérilla champêtre entamée le 16 octobre à Notre-Dame-des-Landes se poursuit. La nuit, les opposants à l’aéroport construisent des barricades pour protéger leurs maisons et leurs cabanes. Au petit matin, les forces de l’ordre détruisent les barricades, font reculer les opposants à coups de grenades lacrymogènes. Ceux-ci lancent des pierres, à la main ou avec des frondes.

Parfois, comme ce mardi matin, les gendarmes lancent des grenades détonantes et utilisent des flashballs. Il arrive aux insurgés d’envoyer des cocktails Molotov sur les véhicules envoyés par le conseil général pour déblayer les routes.

Sur place, j’ai entendu courir beaucoup de bruits, invérifiables : des flashballs auraient été utilisés à tir tendu sur les parties sensibles des manifestants, des gendarmes auraient lancé des bouteilles sur les manifestants… Ce mercredi, le seul blessé officiellement déclaré est un gendarme, qui est tombé d’un arbre en allant déloger un manifestant.

Source

 

Un grand projet. dans Chroniques d'un Gourou

N’hésitez pas à chercher d’autres infos, des arguments contre mais aussi en faveur de cet aéroport, pour vous faire une opinion…


Chercher.

Sur internet, il y a des millions de blogs (rien que 181 millions selon NM Incite fin 2011), et même s’il y en a une bonne partie d’inactifs, je devrais trouver à lire quelques blogs qui me plaisent. Aussi, sur les plus de 35 millions d’internautes (estimation de 2010), il y en a bien un ou deux qui devraient pouvoir apprécier le mien.

Bref. Peut-être que je ne cherche pas assez, mais je trouve pas beaucoup de blogs à aller lire à chaque fois que l’envie me prend. En attendant, je n’ai que ceux que vous trouverez dans la barre de droite (y en a pas à gauche, au cas où t’aurais du mal …), alors j’attends de la pub !!

Chercher. dans Chroniques d'un Gourou tas-300x225


Je vous tourne le dos.

Je vous tourne le dos. dans Chroniques d'un Gourou 22-09-2012

Aujourd’hui, j’ai signé des dédicaces. Je me suis sentie puissante ^^ Et les vieux, autour, qui étaient contents: « ah oui, il faut laisser la littérature aux jeunes, c’est bien ». Il faut pas croire n’importe quoi non plus, hein: j’ai seulement écrit une nouvelle, publiée dans un recueil. Mais ce recueil est classe, et puis dedans il y a aussi une photo que j’ai prise. Je suis fière.

A présent, je suis donc en vacances. Ça, tous les écoliers-collègiens-lycéens vous le diront. Pour moi, c’est donc la dernière fois. J’espère. Donc, je tourne le dos aux classeurs pour une durée de temps déterminée. De plus, je devrais faire pareil avec l’ordinateur, mais nous savons bien que c’est pas très possible… La résistance à l’écran ? Aux classeurs aussi. Je veux courir. Aller loin, me promener, profiter, puis prendre des bains jusqu’à en avoir la peau toute fripée !! Et dormir…


Heureux dans une boîte.

Heureux dans une boîte. dans Chroniques d'un Gourou cerise-pot-signee-+-petite-225x300Enfermés dans la routine et les habitudes, trop habitués à suivre une vie sans trop de problèmes. Tant que rien ne se passe, on va pas chercher plus loin, à quoi bon ?

Mais ai-je le choix ? Je fais partie d’une génération sans surprise. Celle où les jeunes sont nommés que quand il y a des problèmes. Celle qui manifeste sans être écoutée. « On ne va pas laisser la rue gouverner » disait un ministre en 2005.

Peut-être que ça n’est pas nouveau, mais en ce moment, partout dans le monde, il y a des révolutions qui tournent mal, des élections qui ne présagent rien de bon.

Alors j’écoute la radio. Un sportif a des ampoules au pied. Quelle tragédie ! Ici je peux trouver des informations plus à mon niveau, apparemment.

Désolée. Pas le temps d’écrire quelque chose d’intéressant. Je n’arrive qu’à me plaindre. C’est vrai, quoi ! Se plaindre n’amène à rien. Le mieux est de toujours proposer des alternatives, pour aller vers un monde meilleur, ou alors moins pire. Si l’on se plaint, c’est parce qu’il y a besoin de changer. Alors ne restons pas latents, n’attendons pas que ça s’empire. On a tous le pouvoir de faire le mieux, non ?


Contrôles, dettes et concert.

J’ai passé une longue semaine à l’école. Des contrôles, plein. De la fatigue. Des gens malades et je ne veux pas choper leurs microbes. Trop de cours de sciences, pas assez de philo: pas le temps de réfléchir à ce qui est important. Plus de cours d’Histoire. Non, mes racines ne doivent plus m’intéresser, à part celles qui sont carrées. Autour de moi, certains veulent encore et toujours plus de liberté, se confronter au monde réel: affronter la vraie vie, c’est à dire quoi ? Travailler en vrai, se faire exploiter, c’est ça votre liberté ? Rester le cul posé sur une chaise cinq jours par semaine, ce n’est pas non plus la liberté. Mais le choix devrait être possible et illustrer notre propre liberté qu’est celle de nous poser nous propres limites. Et un raisonnement tel que je voudrais vous faire lire m’est impossible à écrire: à poser mot après idée, puis idée suivie d’un mot, il paraît que je suis compliquée, pas claire.

J’ai chez moi une place pour un concert de Damien Saez, au mois de novembre de cette année, qui ne servira pas. Mais moi, j’irais à ce concert. Si vous êtes intéressé, commentez ou contactez-moi comme vous voudrez, je vous la vends et je l’envoie par courrier (ou selon mes déplacements).

Nous vivons dans un monde qui veut repousser ses limites et qui pourtant ne peut pas. Les humains forcent la planète à vivre à crédit pendant des mois: nous consommons plus que la planète elle-même peut produire. Quand paierons-nous nos dettes ? J’ai peur.


Boissons chaudes

Boissons chaudes dans Chroniques d'un Gourou tasse-orange

Il se passe un nouveau phénomène de société. Au moins dans mon entourage. Prenons cette semaine:

Lundi matin, 8heures, je prends le train dans une petite gare. Tandis que je vais pour composter mon billet, je vois devant moi une dame avec un thermos (marque déposée dans plus de 115 pays, spécialisée dans la commercialisation de bouteilles isothermes). Là, je me dis que c’est pas la première fois que j’en vois des comme ça, et mon père m’avais déjà dit qu’à son boulot, plein de femmes venaient avec leur thé ou café dans une bouteille isotherme. Ensuite, après plus d’une heure de trajet, me voilà à destination. Dans le foyer/cafèt du lycée, une bouilloire toujours utilisée, et une petite affiche qui demande « Ceux qui ont emprunté des tasses, rendez les svp ». En cours de SpéMath, une fille a toujours sa tasse violette sur un coin de sa table, elle n’est pas dans me classe sinon, mais je pense que c’est pareil dans les autres cours. Une autres est toujours en train de boire du café. Dans les couloirs, je croise toutes les semaines au moins une personne avec sa tasse. Au coin fumeurs, il y a des arbres, et il y en a un qui a une racine qui dépasse. Sur cette racine est accrochée une guirlande de sachets de thé. L’année dernière, au dortoir, seules deux personnes avaient une bouilloire, mais tout le monde s’en servait. Cette année, il y en a aussi une dans ma chambre (ce n’est pas la mienne), et des amies passent tous les soirs pour prendre de l’eau chaude. La propriétaire de cette bouilloire m’offre aussi du thé (ou de la tisane, bref de l’eau chaude) de temps en temps. Vendredi, à la pause de 10 heures, quelqu’un m’a demandé si je n’avais pas un sachet de thé à lui passer.

Je ne sais pas comment expliquer ce phénomène, mais il n’est pas dû au froid. A la fin de l’année dernière, c’était déjà comme ça, des gens avaient même du lait au chocolat en poudre à foutre dans l’eau chaude.

Est-ce comme ça chez vous aussi ?


Uneavaliabeule.

Toute la journée j’ai essayé de publier des messages. Ce matin, tout comme il y a 10 minutes, je parviens à publier, mais … Rien. J’aime publier des titres et puis rien –’. Donc. Je voulais publier de la musique. Avec un clin d’oeil à Lullabys (cliquez donc, vous aurez en plus des informations complémentaires à ce que je vais publier !! Là: 

… Publication: Ok ; ….Son: Ok ; Yihaaaaaa !! Alors maintenant: Je vais essayer de publier une image. Un image que je trouve trippante, que j’ai essayé de publier 5 fois aujourd’hui et qui à chaque fois a foiré. Au début, elle était en lien avec l’article. Plus maintenant. 

Uneavaliabeule. dans Chroniques d'un Gourou MushCont-298x300

ArchiveMush-298x300 Blog dans Chroniques d'un Gourou

                             Ça marche … ! Allez, une autre ?


Brume d’automne

Ce titre révèle une inspiration très … basique. Dépassée.

On croirait le titre d’un poème lyrique.

Bien sûr, qui dit poème lyrique dit texte travaillé et beau.

Je n’ai pas cette prétention.

Brume d'automne dans Chroniques d'un Gourou P1060090-768x1024
Jardin. 21-09-2012

 Vendredi, je suis allée chercher du persil au jardin.  Un dernier jour d’été, ou premier jour de l’automne,  en tout cas on le sentait, ce changement de saison. Une odeur de fraicheur, d’humidité, de chou, de plantes, de fougères sèches. De l’air froid, un ciel dégagé après la pluie, et les derniers nuages qui restent encore un peu, pour voir.

Des gens normaux n’apprécieraient pas. Ce changement va du chaud au froid, du beau temps au « mauvais ».  En rentrant dans le jardin, je suis rentrée dans la brume, mon nez est devenu froid, je savais que bientôt je ne sentirais plus les odeurs d’herbe humide et de persil, seulement l’air froid. Je savais que bondir de joie par-dessus un fil pour me retrouver dans une mare d’orties était risqué. Mais j’étais heureuse. L’envie de courir n’attend pas ! Et le risque est un plaisir.

L’eau était partout. Même si d’ailleurs, elle est toujours partout, là elle était présente: sur les fleurs, dans l’air, sur les feuilles, entre tous les morceaux de terre.  Des perles d’eau, de l’art éphémère, celles que tu voudrais secouer et faire tomber, celles que tu voudrais boire à même son support (quel gamin n’a jamais voulu boire les gouttes d’eau accrochées sur le grillage autour de la cour de récré ?), celles qui te paraissent parfaites, l’idée même de l’eau.

Et puis c’était le soir. Le soir où la brume de coton se lève dans les champs, le soir que tu prends pour un matin, très tôt, le moment ou tout devient gris mais tu ne t’en rends pas compte. J’ai couru le long de la route, j’ai pris des photos, mais elles devenaient floues.

Il fallait rentrer.


Et puis Zut !

Et puis Zut ! dans Chroniques d'un Gourou MainNov11-300x225

Allez, j’ai décidé d’écrire souvent dans ce blog (Je vous préviens, j’ai décidé la même chose en 2010). J’aurais du boulot cette année, parce que comme tous les ans, je me suis dit: « cette année je vais bosser ». Mais tout de même, me rattacher à l’info et en parler, ça m’intéresse. Je voudrais essayer de vous le faire partager…

Mes recherches se sont tournées vers les autres blogs de mon hébergeur (Unblog). Je suis assez choquée par les avis politiques donnés par ici. Entre les « je suis humaniste mais je n’aime pas les étrangers » et « je suis nationaliste », en passant par « comment bien draguer une fille » (ce qui montre un non-engagement total et navrant), eh ben je suis perdue. Et triste. J’ai pourtant toujours de l’espoir, parce que je ne m’en tiendrais pas là. Na ! J’ai aussi cherché dans la rubrique « Jeunes », parce que mon blog en fait partie aussi. Alors je vous le dis: il n’y a pas beaucoup de jeunes ici. Alors quand on écarte les blogs faits par des écoles et les blogs vides et inactifs, les collections d’images sans texte, j’ai trouvé deux blogs. C’est mieux que rien …

[Edit: Dans la rubrique ‘Journal intime‘, il y a du monde qui raconte sa vie. Si vous avez du temps…]

Pour ce qui est de l’actu, l’info en général, il se passe toujours beaucoup-beaucoup de choses. Il faudra que je choisisse (Ou que mes éventuels lecteurs choisissent).

Et en plus, j’aimerais parler musique. Je n’ai pas mes musiques sur l’ordi d’où j’écris, il faudra que je me fasse copine avec ma clé USB ;)



Philosophie et pH

Cela fait une semaine et demi que j’ai conscience de ma dernière année en enseignement général. En fait je n’en ai pas conscience, ça m’est plutôt imposé. Et je sais.

Cette année, on m’apprendra à penser différemment. A réfléchir sur ma condition. A avoir conscience de ma conscience, de mon inconscience. Je vais devoir sortir de ma caverne, même si cela s’avère douloureux: aller vers la vérité. Je ne sais pas quand ma réflexion va véritablement commencer, parce que pour l’instant je n’ai que l’impression d’avoir des engrenages sans dents que se frottent dans ma tête, sans rien lancer, sans que rien n’avance. Mais ça chauffe. Le frottement crée de la chaleur (donc de l’énergie ?). Quatre heures par semaine, utilisées pour réfléchir. D’un point de vue objectif et productif, celui d’un patron d’entreprise où travaillent des enfants-esclaves-impayés, je suis totalement inutile à ces moments là. Un peu plus inutile que quand je vais en cours de maths (huit heures par semaine), et pourtant, c’est de cette façon que je me prépare à être utile ou non, à l’apprendre afin de l’utiliser et d’en profiter

Eh oui, j’ai commencé les cours de philo.

Attention: ne jugez pas ce que vous venez de lire ! La radio est allumée devant moi. Et je l’écoute, aussi je l’entends même si je me concentre. Je me sens totalement désorganisée dans mes propos. J’ai même peur de me relire. Je sais que pour devenir un vrai maître, il faut dépasser toutes ses peurs, mais aujourd’hui sera une exception. Comme toutes les autres fois.

Cette année aussi sera une période de révisions sans cesse renouvelée. Du bonheur à l’état pur… J’ai acheté un annabac. Je suis consciente, grâce à la mention « conforme au nouveau programme », de faire partie de l’année crash-test de la réforme des lycées. Avec ça, il y aura des surprises toute l’année et des renversements de situation chaque semaine. Accrochons-nous !

Source: http://au-bout-de-la-route.blogspot.fr/2012/09/un-coup-de-pouce-serait-apprecie.html


1...45678

L'EPS au lycée français de ... |
hoyosxavier |
profdoc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MA LIVE
| BLEACH vs DBZ vs ONE PIECE
| ASIA SUKIDA