Je n'ai qu'une chose à te dire…



Je suis sportive

Un échappatoire ou un objectif,
Le soulagement et la fatigue, à bout de souffle,
De l’endorphine puis des courbatures.

 

Ma pratique sportive ressort de temps en temps dans les déballages de vie ici, sous forme de bilans et sous forme de doute. J’ai compris très tôt que courir me permettait d’évacuer le stress, de vider ma tête, méditer en quelques sortes. Pas loin derrière, j’ai aussi compris que j’allais avoir souvent besoin d’évacuer du stress.

 

Je suis une coureuse. Parce qu’il suffit d’avoir des chaussures pour ce sport, pas besoin de ballon ou d’amis, pas besoin de payer l’entrée comme pour la piscine, pas besoin d’avoir un équipement coûteux et capricieux comme un vélo (toujours plus capricieux que l’absence d’équipement). Bon, aujourd’hui c’est un peu mentir parce que j’achète des baskets de qualité à renouveler tous les 600 kilomètres en moyenne. Mon truc : les changer en période de soldes ou tomber sur un magasin en déstockage avec des produits à moitié prix.

 IMG_5645 (2)
2014.

L’intensité de ma pratique sportive est, sans surprise, fonction de mon état d’esprit ou de ma situation. J’ai beaucoup progressé en classes prépa, avec des sorties une à deux fois par semaines, une petite dizaine de kilomètres. J’ai ralenti ensuite, complètement arrêté quand j’ai découvert malgré moi une anémie importante, puis doucement repris en intégrant la muscu au poids de corps (parce qu’il fallait bien renforcer ce petit corps fragile – j’ai d’ailleurs pu reprendre quelques kilos grâce à ça). Cette reprise en juillet 2017 correspond à un mois presque complet de solitude, il fallait que je m’occupe. J’ai ensuite tranquillement maintenu ma forme jusqu’à mon départ en Allemagne cette année.

Je suis partie en Allemagne pour six mois de stage, avec déjà l’objectif d’intensifier le sport. C’est de ce pays que viennent de nombreuses applications « coach » sportives, sans compter que les allemands sont - dans mon imaginaire en tous cas, puis ceux que j’ai rencontrés aussi - plus attentifs à la santé physique et donc plus sportifs qu’en France. C’est soit à cause de ma décision à la base, soit à cause des aléas de la vie, mais je me suis sentie très seule là-bas, malgré plusieurs rencontres super et un ami que je connaissais déjà sur place. Et plus je me sentais seule, plus il fallait que je pense à autre chose - ou à rien du tout - donc je partais courir et faisais des séances de muscu au poids de corps. Ces séances étaient une excuse pour ne pas sortir. Cercle vicieux.

Je m’en voulais de vivre dans le paraître mais c’est facile de s’y raccrocher, quand c’est le positif de mon activité.

 Je suis sportive dans Chroniques d'un Gourou img_2011

Et au fond, il y a les Alpes.

Cette fois-ci, j’ai d’abord perdu du poids, et je me suis inquiétée de façon un peu exagérée. Je ne crois pas m’être recentrée sur mon bonheur, plutôt sur ma coquille. Fini le sport plaisir, le sport santé, bonjour le sport échappatoire, et un peu l’excès aussi, le sport-coquille.

 

Je suis de retour « chez moi », un chez moi relatif mais où j’ai plus de repères. Je ne veux pas que la pratique sportive devienne quelque chose de négatif, ou de dangereux. Alors je me suis inscrite en club. J’espère y recevoir des conseils et du soutien. Et en même temps, je m’aventure dans une toute nouvelle forme de sport : le sport-compétition, le sport faire-un-temps. Alors que déjà sans ça mon ego a toujours été dans cette quête du dépassement.

 

En découvrant les réseaux sociaux de sport et les sportifs sur les réseaux sociaux, et en tentant de m’écouter ou au moins de me comprendre après coup, je crois avoir compris un truc : le sportif qui veut se dépasser, qui partage ses performances, qui expose un corps « parfait » n’est pas là pour te culpabiliser. Il affronte le regard du monde à sa façon, pour probablement se préparer à affronter son propre regard. Les réseaux sociaux et le physique sont deux énormes miroirs et nos sensibilités sont là entre les deux. Mon objectif est de me focaliser sur ce que je veux, ce que je peux. Je vous partage mes performances parce que j’ai besoin d’approbation, parce que c’est ce que j’ai trouvé pour avancer, mais je ne voudrais pas vous culpabiliser. Prenez soin de vous.

1anchg10 courir dans Chroniques d'un Gourou

Évolution de la coquille entre juillet 2017 et Aout 2018.
Même si je l’ai « faite » pour de mauvaises raisons, je l’apprécie. Et vue ma condition physique au départ – toute molle – ce changement physique est accessible à beaucoup d’entre nous.

  1. Justine écrit:

    Je suis une grosse fainéante mais qu’est-ce que ça fait du bien quand on s’y met, c’est sûr ! Impossible de courir et de faire plein d’autres choses à cause de mes gros problèmes au genou mais les abdos, j’adore ça, il faut juste que je m’y mette, et c’est loin d’être régulier pour le moment… ahah
    Bravo, tu es parfaite comme tu es, et tu l’étais déjà avant aussi <3

    Citer | Posté 17 octobre 2018, 17 octobre 2018 à 11 h 53 min

    Répondre

    • Grou' écrit:

      Même si je ne l’applique pas (un jour j’y arriverai) je suis sûre que le bon équilibre est celui du sport-plaisir, ou sport-santé : faire des abdos quand tu en as envie et si ça te plaît, ça ne devrait pas te ranger dans la case « fainéante » ! Comme dirait ma tante : « comme tu fais c’est bien » ;)
      Et merci <3

      Citer | Posté 19 octobre 2018, 19 octobre 2018 à 12 h 20 min
  2. Nymeria écrit:

    Si tu le dis… :)
    C’est ce que je me dis !
    Ah bon ? Vite vite des abdos ! D’ailleurs j’en ai fait ce soir… mais il faut que ce soit régulier pour être efficace ! L’année dernière j’en avais beaucoup plus que maintenant, grâce à la gym, mais… faut pas que je compare ! :D
    Oui, ils m’ont été utiles :)
    Bisou<3

    Citer | Posté 11 octobre 2018, 11 octobre 2018 à 17 h 33 min

    Répondre

  3. Nymeria écrit:

    Coucou !
    J’ai beaucoup aimé ton article :)
    Chez moi, la pratique sportive est en ce moment un peu… aléatoire malheureusement. En septembre j’étais motivée pour courir, mais j’ai souvent mal au genou et toujours des points de côté, alors il ne faudrait pas mais ça me décourage (je cours environ 6-7 km). Donc je vais à la piscine, pour l’instant je suis très motivée et l’avantage est que ça ne fait pas mal aux genoux. Sinon, équitation et vélo.
    Mais l’année dernière je faisais plus de 9 heures de sport par semaine, c’est là qu’il y a un contraste. Mais après mon déménagement j’ai réfléchis et n’avais plus trop envie de continuer… Je vais sûrement faire de la musculation avec des amies, et je sais que ma pratique sportive n’est pas nulle (au moins 3 heures par semaine), mais bon…

    En tout cas, je suis admirative de ce que tu fais ! C’est vrai que la course à pied est un sport dans lequel on n’a besoin que de chaussures, au final. Et de motivation, j’ajouterai :D

    Bisou <3
    Et à bientôt !

    Citer | Posté 9 octobre 2018, 9 octobre 2018 à 20 h 07 min

    Répondre

    • Grou' écrit:

      Trois heures par semaine, ça reste franchement bien pour quelqu’un qui a une pratique « aléatoire » haha ! Et si tu as mal au genou, c’est une bonne chose de passer au vélo et à la natation qui sont des sports portés, et donc ne traumatisent pas tes articulations, mais qui vont encourager des muscles à se former autour – et donc tu pourras courir sans douleur une fois renforcée :) En février l’année dernière, j’avais la cheville et le genou en vrac (je ne faisais plus de sport mais je continuais à porter des trucs lourds), j’ai repris en été avec la muscu pour renforcer et pouvoir re-courir ;)
      Ah et pour les points de côtés, j’ai lu ça il y a pas longtemps et constaté sur moi : une fois que tu as des abdos solides, plus de points de côté ! (Ça motive pour la muscu et la natation ;) )
      Merci d’être passée, j’espère que mes conseils seront utiles :)

      Citer | Posté 10 octobre 2018, 10 octobre 2018 à 9 h 53 min

Répondre à Nymeria Annuler la réponse.

L'EPS au lycée français de ... |
hoyosxavier |
profdoc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MA LIVE
| BLEACH vs DBZ vs ONE PIECE
| ASIA SUKIDA