Je n'ai qu'une chose à te dire…



Vide d’air

Je dénigre les gens qui racontent leur vie parce que je n’assume pas ce que je fais. Je crois.
« Mais qui lit la vie des gens ? » « C’est du voyeurisme ! »
… Non, je ne lis pas vos blogs pour augmenter mon score au griffor. Le voyeurisme, c’est pas mon truc. D’ailleurs, j’arrête de lire quand ça devient gênant, parce que là, sérieux, il y a des choses qui n’ont d’intérêt pour personne (Oh, quelle violence dans mes propos. Il faut de tout pour faire un monde, je concède). Mais je lis vos blogs parce qu’ils m’intéressent. Il y a toujours quelque chose à comprendre ou à apprendre.
Tout ça pour dire, attention, je vais raconter ma vie.

Vide d'air dans Chroniques d'un Gourou c62e241e-cdfe-48a3-b1c7-5078d7f62ec5

Putain du coup je sais plus ce que je voulais dire. Mince. Il y a cette histoire (glauque) de conception de l’amour (glauque) en rapport avec le film vu hier, il y a l’alcool que je vais me mettre à haïr mais pourtant je suis curieuse. Il y a les violences policières et la nuit debout et mon manque d’engagement, il y a un balcon où j’ai planté du persil. Il y a le vide, de temps en temps, trop souvent. Il y a le temps qui manque, ou qui tombe dans le vide.
Tu n’est pas voyeur.se, tu lis juste des choses que j’estime pas importantes. Tu lis seulement des choses que j’écris comme ça.
Bientôt je vais écrire des choses pertinentes, j’espère.

Excusez moi.


  1. Le Cosmogone écrit:

    [Note : Je vais utiliser des affirmations et de l'impératif, pour lever les éventuelles ambiguïtés, il s'agit de mon avis, et de conseils ^^]
    Tu sais. Ces choses, si tu les as dites c’est que tu en avais besoin ; si on les as lues jusqu’au bout c’est qu’on en avait besoin ; qu’on a apprécié. Et ça a sa forme de pertinence (différente de celle qu’on a l’habitude de sacraliser comme « pertinence », j’en conviens).
    Et comme ces paroles font écho à ce que je vis, j’aimerais dire deux-trois choses, avec les moyens que j’ai, parce que ça me semble important de les dire =)
    -Les violences policières : il y a trop de problèmes dans le monde pour penser à tout ; quand je pense à tout j’ai l’impression de m’effriter de l’intérieur. Si tu peux faire quelque chose, agis, sinon, préserve-toi mais maintiens-toi au courant, de manière distante, essaie de garder un peu d’espace autour de toi (plonge-toi dans un ouvert, si ça te parle :p).
    -Le manque d’engagement : ce n’est pas un problème en soi ; cela provoque, j’en conviens et je le sais, une grande frustration. Mais il n’y a que 24 heures dans une journée et nous avons déjà moult choses à penser. Fais ce que tu es capable de faire. Les petits gestes du quotidien sont parfois de grands engagements (« Il y a plus de potentiel de changement chez un papa qui fait la vaisselle ou qui joue avec sa fille ou chez un grand-père qui explique à son petit-fils qu’il faut partager les jouets que dans tous les drapeaux rouges que vous pouvez apporter à une manifestation » Pablo Iglesias, cité par Usul ici : https://www.youtube.com/watch?v=yMOlTGHpZKg ). En fait j’ai appris récemment que. C’est difficile d’allouer ses forces à la réalisation de différentes causes, si déjà on est féministe au quotidien, avec les cours, avec s’alimenter et prendre soin de soi, c’est beaucoup. C’est pour ça que par moments, un petit soupçon d’indulgence dans la soupe de la vie, ça fait du bien.
    -Le persil frais c’est le bien. Le basilic aussi, si un jour tu décides que le persil était une bonne expérience =P
    -Le vide, je ne sais pas comment c’est pour toi, mais chez moi il naît du fait même que je n’ai pas assez de temps, que j’ai besoin spécifiquement de temps pour moi, pour aller bien, pour écrire, pour chercher sans but des problèmes de maths / physique inutiles ou déjà explorés mais pour me faire plaisir et développer mon sens de la recherche, bref, ne pas faire juste les cours. Et quand je suis vide. J’ai besoin de combler ce vide. Donc ça commence par déprimer. Et puis regarder tout ce qui peut me remplir vite et sans effort. Et. Comme ça ne remplit pas assez, à la fin de la journée, je me sens encore plus vide et j’ai envie de continuer à me remplir jusqu’à ce que je tombe de sommeil ; ça fait du bien, ça fait du mal ; je dors peu, ça empire tout ; c’est complexe la vie. Je ne fais que partager mon expérience, je ne sais pas si ça t’aide, je ne sais pas si ça t’intéresse mais. C’est là.
    -On n’est pas voyeur/voyeuse, on est juste. Lecteurs =) Appréciateurs, aussi, très probablement (en tout cas c’est mon cas)

    Et pour toutes ces raison. Pas besoin de s’excuser, ni de s’excuser de s’être excusée =) Il y a juste l’expression de toi qui te fait du bien, qui nous fait du bien, et notre réponse qui nous fait du bien, qui te fait du bien. Enfin je sais pas. Bref. Courage ^^

    Citer | Posté 29 avril 2016, 29 avril 2016 à 0 h 42 min

    Répondre

Laisser un commentaire

L'EPS au lycée français de ... |
hoyosxavier |
profdoc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MA LIVE
| BLEACH vs DBZ vs ONE PIECE
| ASIA SUKIDA