Je n'ai qu'une chose à te dire…


« | Accueil | »

Critique : la faute au langage ?

Une amie anglophone, plus précisément trilingue, nous disait un jour que le français manquait de beaucoup de termes. Qu’il y a des mots uniques dans cette langues pour lesquels l’anglais donne un paquet de synonymes pas vraiment synonymes. Les nuances sont subtiles mais nécessaires. A cela, on peut opposer que les « synonymes » français ne sont juste pas employés dans le langage courant. Pourtant ils existent. Cette langue est utilisée pour faire de la littérature, et pas qu’un peu, ça serait dommage qu’elle soit pauvre.

Toujours est il que parfois, les mots sont ambigus. Et que quand ils sont inscrits dans la loi, il ne vaudrait mieux pas qu’ils soient compris de travers.

Que dit on quand on parle d’égalité ? Fait-on bien la différence entre l’égalité stricte, mathématique et l’égalité entre les individus ? Et c’est quoi, l’égalité entre les individus ?

D’ailleurs, est-ce qu’on utilise le bon mot, là ?

L’égalité, c’est la notion de similitude/d’équivalence (mais attention, en maths les trois sont carrément différents). C’est l’absence de toute discrimination. C’est l’uniformité, la régularité quand on compare des éléments.

L’autre mot intéressant, c’est l’équité. « Une forme d’égalité », de juste traitement. L’idée de justice naturelle, dans le domaine de l’éthique. Appelle à impartialité, à la notion de bien commun. S’oppose à l’arbitraire. Sa racine latine, c’est la même que pour égalité.

…C’était la minute définition, sponsorisée par le Larousse # et Wikipedia #.

Par ici, quand on cherche à voir l’absence de toute discrimination on le fait pour établir la justice, donc l’impartialité. On croît parler d’équité en prononçant le mot « égalité ». Pourtant, il n’est question dans les textes et dans le langage que d’égalité. Et c’est là-dessus que se fait l’interprétation.

Intéressons nous à deux cas pratiques qui me tiennent à cœur

1) Égalité Homme/Femme

C’est l’argument qui divise les féministes. Est-ce qu’on considère qu’il existe des différences de genre ? Hommes et femmes sont différents du fait de leur constitution physique, c’est visible. Ils ne sont pas égaux dans le sens où ils possèdent des attributs physiques différents. Alors, que doivent revendiquer les féministes ? Est-ce que les femmes doivent adopter les manières et apparences des hommes, ou alors doivent-elles continuer à avoir une apparence qualifiée de « féminine », à affirmer leur différence ? 

Les différences d’apparence n’impliquent en aucun cas la nécessité d’une différence de traitement. Elles ne justifient pas de discrimination au niveau des droits.

Alors non, à mon avis, l’égalité homme/femme qui est revendiquée par les féministes n’implique pas de masquer (voire de nier) les différences physiques (mentales, comportementales si elles existent) entre les deux genres.

 L’abstraction intervient là où il faut voir au delà de la notion/du statut d’homme ou de femme, c’est niais voire évident mais on est des humains. Et ici l’égalité au sens de similitude s’applique.

2) Langues et cultures minoritaires

L’article premier de la constitution française donne :

- l’égalité devant la loi de tout citoyen, sans distinction d’origine

- la France est une république une et indivisible.

On y garantit l’égalité et la solidarité des peuples qui composent la République

Par ailleurs, l’union européenne dispose d’une charte : Charte européenne des langues régionales et minoritaires. En France, elle a été signée mais jamais ratifiée (pour les illettrés comme moi qui ont du mal avec les mots barbares : ratifier c’est reconnaître comme vrai/valide). En effet, « la langue de la République est le français », et donc cette charte ne convient pas au principe d’égalité des citoyens devant la loi » (Conseil constitutionnel).

Pourtant, il me paraît que dans le cadre de la justice naturelle, il est plutôt important de respecter la culture de chacun. Ne pas reconnaître une langue (minoritaire), ne pas la rendre accessible pour un peuple donné n’apparaît pas comme démocratique (… à mon avis). Mais, les langue minoritaires s’identifient à une partie de « la singularité irréductible de l’âme d’un peuple » chère aux particularistes (opposants à l’idéologie des Lumières).

Il serait rationnel d’adopter une langue commune à tous, mais c’est une attaque à la liberté individuelle que de refuser à un peuple d’employer sa propre langue.

Critique : la faute au langage ?  dans Chroniques d'un Gourou brest_derri%25C3%25A8remonobjectif_mercheddieub
Deux en un. Avec luminosité bizarre (nuit américaine ? Genre j’ai de la culture ?)

         DONC.

Le mot utilisé est celui d’égalité. Dans l’idéal des Lumières, il tend vers l’équité (si j’ai bien compris : parce que c’est ce principe d’équité qui a l’air cool). Dans les fait, lors de l’application de ces idées lumineuses il est question de rationalité stricte, l’égalité mathématique : être pareil.

Les gens, faites-moi part de vos désaccords, critiques aussi, pour me faire réfléchir (comme un miroir)   :D

Et puis, il y avait longtemps : une chanson à texte.

 


  1. Le Cosmogone écrit:

    Mais… Je comprends cette réaction ; je ressens aussi souvent une intense frustration quand on simplifie les mathématiques. Mais d’un autre côté. J’arrive à devenir plus serein avec ça. Ce sont nos manières d’appréhender le monde qui les simplifient, on ramène les maths à nous parce que le formalisme ne nous « parle » pas suffisamment. C’est d’ailleurs paradoxal parce que les maths sont un langage, elles permettent une communication ; je pense toutefois que cette universalité tend à nier nos individualités, et en cela je te rejoins. C’est pour ça finalement que… J’accepte qu’on utilise à tort et à travers les concepts d’énergie (et… aaaah… c’est difficile), d’onde, de vibration, de champs magnétiques (je m’arrête là, je me fais du mal), parce qu’au fond, je comprends ce que les gens veulent dire par là et si l’image leur permet de s’exprimer et qu’ils sont conscients que c’est une image (très important ça) alors tout va bien. Et au fond ces images, dans leur non-rigueur, nous permettent une communication plus intuitive, et j’ai tendance à dire, plus « immédiate » ^^
    Disons que « équité » nécessite que nous explicitions ses critères, puisqu’elle renvoie à une notion de justice, et que c’est, hmm, pas évident la justice (D’ailleurs, je te renvoie à Théorie de la Justice de John Rawls sur ce point ; c’est difficile au début, toujours mais moins au milieu, mais très enrichissant ^^). Du coup l’isomorphisme, je préfère =) (et je suis content que ça te plaise) (pour tout avouer, c’est ma notion préférée de mathématiques <3) Même si je crois qu'au fond l'isomorphisme contient un absolu, il me semble qu'on cherche justement (pour une fois à ne pas rechercher l'absolu ou la nuance) à accepter tout un chacun dans l'humanité de manière strictement identique (la nuance sera rejetée sur la définition de l'humain, du coup ; mais comme ça pose déjà problème ben… c'est pas grave ^^). C'est drôle de reformuler la DDHC comme ça :D J'aime beaucoup. Ça donne vraiment l'idée que les humains sont indistinguables (si tant est qu'on les nomme "humains" et pas "hommes" mais c'est probablement un plus grand effort de mettre les accords facultatifs féminins, je vais tenter de m'y mettre).
    Pas de problème, la réflexion s'étend dans le temps ^^ Tu remarqueras que je suis moi-même en retard constamment ; c'est pire sur le blog. Mais là je t'avoue que j'avais même oublié que j'avais commenté. Je ne sais pas comment on s'abonne pour recevoir des mails de quand on répond aux commentaires en fait x)

    Citer | Posté 29 avril 2016, 29 avril 2016 à 0 h 21 min

    Répondre

  2. Le Cosmogone écrit:

    Les mathématiques donnent beaucoup d’interprétations des notions d’égalité, équité, similitude. On a les doubles inclusions d’ensembles, qu’on peut également voir comme des inclusions et leurs réciproques, et plus subtil, on a les matrices équivalentes et semblables. Questionner le rôle du « c’est » dans la phrase quotidienne « A c’est B » est crucial (et c’est (haha) ce que tu fais), il dénote parfois une identification, parfois une simple subordination / inclusion. Ce que je remarque toutefois, c’est que nous procédons souvent à des identifications / affirmations d’égalité quand on n’a qu’une intersection non vide, en négligeant ce qui dans A n’est pas B et symétriquement. Maintenant que j’ai dit tout cela que tu dois déjà avoir pensé, je vais donner un avis court : nous recherchons un certain type d’égalité, qui devra avoir une nouvelle définition, et pour aider à sa distinction des autres types, je préconise un nouveau mot (à déterminer quand « nous » (et par nous j’entends l’ensemble des humains) nous serons mis d’accord). Pour ma part, ce vers quoi je souhaite que nous tendions, c’est vers un état où nos comportement vis-à-vis des autres ne sont initialement modifiés par aucune caractéristique intrinsèque ou accidentelle des personnes que nous rencontrons, c’est-à-dire, que nous considérions chacun comme pleinement humain et seulement humain, et que les particularités aient tout leur sens en tant que définissant l’individu mais aucun sens qualificatif ni qualitatif. Ce donc à quoi j’encourage, pour employer un vocabulaire mathématique, c’est à exhiber un isomorphisme d’être humain entre nous tous, et que nous ne considérions plus les autres qu’à travers cet isomorphisme, qui est la traduction du fait que nous ne voulons pas distinguer entre les humains, a priori.
    (J’étais incapable de fournir désaccord ou critique, alors voilà un bout de pensée qui j’espère répondra à ton attente)

    Citer | Posté 16 avril 2016, 16 avril 2016 à 22 h 48 min

    Répondre

    • Grou' écrit:

      Je reproche aux mathématiques d’être trop rigoureuses, mais c’est vrai qu’il y a beaucoup de nuances dans les mathématiques aussi, merci de le rappeler. Alors, je reproche à … nous de faire des raccourcis sur les maths.
      Tu préconises un nouveau mot … « équité » ne te plaît pas ? J’aime beaucoup l’idée de l’isomorphisme :D « Les hommes naissent tous libres et isomorphes en droit » haha !
      Pardon de répondre si tard à ton commentaire, mais ça me fait plaisir que tu aies pris le temps de développer quelques idées là dessus ;)

      Citer | Posté 23 avril 2016, 23 avril 2016 à 14 h 19 min

Laisser un commentaire

L'EPS au lycée français de ... |
hoyosxavier |
profdoc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MA LIVE
| BLEACH vs DBZ vs ONE PIECE
| ASIA SUKIDA