Je n'ai qu'une chose à te dire…


« | Accueil | »

Le mec au hasard dans le RER

Au hasard, j’ai demandé à cette personne si le RER allait bien où je voulais. Au hasard, je me suis installée dans un wagon presque vide et quand il est venu me parler j’ai continué la conversation. On ne peut pas déterminer le discours de chaque personne dans les transports d’île de France, on ne pet pas en faire une moyenne, ni même en trouver les grandes lignes. Surtout que moi, je ne suis pas d’ici et je pense que ça se voit. Peut-être que cette personne avec qui j’ai discuté était prise au hasard dans une population RER C – fin de journée. Son discours servira pour les autres, tant que je n’ai pas rencontré d’autres personnes au hasard pour contrebalancer son point de vue.

Le mec au hasard dans le RER dans Chroniques d'un Gourou Cascata-Skogafoss-Islanda_600x450

Approche tout à fait classique, du moins facile au vu de ma sale gueule : dure journée, hein ?  Fatiguant, la vie ? Bref, quelque chose comme ça. Moi, oui, je suis fatiguée : je réponds « oui ». Il s’avère que ce mec bosse dur, trois emplois dont au moins un au noir, bâtiment, ménages, « commerce » (j’ai des doutes quant à la signification du dernier). Ah non, je n’ai pas ce mérite, moi je fais encore mes études. T’as quel âge, 20 ans ? Oui, presque. Oui, après mes études je chercherai un travail.  Oui, j’ai un copain – de quoi je me mêle ? Et comment tu as amené cette question ?

Il me dit qu’il vaut mieux avoir une femme/une compagne/un compagnon français, « là ça va » parce que ça travaille, ça ramène de l’argent. Parce que la vie est chère, que rien qu’avec le loyer et les charges type électricité et abonnement téléphonique, il reste juste de quoi manger. Parce que la femme à la maison elle va demander des sous à son mari mais il lui reste, quoi, dix euros ? Lui n’a pas de copine ni de femme. Lui, il cherche.

Il m’a demandé plusieurs fois : « et à la fin, on a quoi ? ». On parlait bas parce qu’on était dans le wagon, je t’avoue que je ne comprenais pas tout du premier coup, alors on est partis au niveau des portes. « A la fin », c’est « 75 ans, la retraite ». Rien que cette affirmation, purée que c’est triste. Il m’a déjà dit que travailler comme couvreur au noir, ça veut dire pas d’échafaudage, ça veut dire tu tombes t’es mort. Ou sérieusement handicapé, et sans assurance (on s’en doutait). Ah oui ça gagne bien mieux que les ménages, mais c’est dangereux. Et maintenant il me dit que tout ça se finit à 75 ans. Qu’à 72 ans, si t’es toujours en vie, t’es susceptible d’encore monter sur les toits. Et donc, si tu arrives à 75 ans, il y a la retraite.

« A la fin », est-ce que tu restes en France ? Non, la vie est moins chère ailleurs. Encore faut-il recevoir une éventuelle retraite française. « Donne-moi le prix d’une maison à la Martinique ». Il m’a donné (puisque je ne trouvais pas) le prix d’une maison en Bretagne. Les maisons auxquelles on pense ne doivent pas être les mêmes. Nos façons de dépenser une retraite non plus. Il y a un décalage entre : je me tue au boulot avec un salaire de merde et je paye une maison luxueuse avec des employés pour faire le ménage dedans. (Malheureusement, ça ne fonctionne pas au mérite.) …Et puis je prends le taxi aussi, tiens. Après, il te reste 100 euros sur les 400 de la retraite. Pour les cigarettes ou l’hôpital  ? Je pense qu’il veut illustrer un « pas assez », un choix forcé. En vrai, la question ne se pose pas, si ?

***

Et il y a sa conception du couple, du mariage, des enfants (parce que concevoir des enfants, c’est intéressant). Je ne voulais pas faire d’article féministe ou apparenté (il y a des gens à qui ça fait peur : bouh !). Il m’arrive de faire d’autres choses, en fait. Là, je risque de retomber dans le thème, pourtant il n’est question que de société. Société et coutumes, habitudes, idées reçues.

« Par exemple, tu te maries avec moi ». Par exemple … Exemple beaucoup employé par monsieur. Tss. Plusieurs théories intéressantes à retenir : 1.Si tu ne fais pas d’enfants, je cherche une autre femme. Est-ce que tu reste célibataire ? Non, parce que 2.*Dessine un sexe féminin avec ses mains* Deux fois par semaine ! Si si, ou alors tu as un problème dans la tête. Aussi, 3. La loi t’interdit de travailler avant que tes enfants aient trois ans.

« Quoi, tu ne penses pas avoir d’enfants avant 25 ans ? Et quand vas-tu te marier ? » Il aurait pu croiser une personne « normale » qui veut deux enfants un jour. Alors que moi,  comment te dire ? Je veux planter des arbres. Et je ne pense pas que monsieur soit ouvert à cette idée. Déjà que « les enfants » se sont transformés en « un fils » pour lui au long de son discours, j’aurais pu vouloir des gosses, être un pissenlit et pourtant ne pas être d’accord avec lui.

En fait, il posait le fait d’être quittée par son mari comme un drame (deux fois par semaine !) alors que c’est pas choquant (dans sa vision des choses en tous cas) : en effet, le mari est celui qui arrive après que ton copain se soit lassé de toi. Disons que tu te maries par dépit, parce qu’il faut des enfants. Et même ces fameuses deux fois par semaine ne sont plus un argument, puisqu’il m’a dit qu’une fois les enfants faits, le mari se détourne de sa femme. Alors, on se découvre un problème dans la tête ?

tumblr_n1gj9mriZE1rpnp2go3_250 études dans Chroniques d'un Gourou

Quand je suis descendue du RER, il m’a dit qu’on pouvait se rappeler. Je ne connais pas son nom, encore moins son numéro, c’est la personne au hasard dans le RER, peut-être que j’en verrai d’autres.


  1. Koppa écrit:

    Je crois que le gif final exprime également mon ressenti. Mais comment as-tu fait pour ne pas l’envoyer paître (des pissenlits ou du brulu) ?
    Certes, monsieur n’a pas de chance mais tous les malchanceux ne sont pas obligé d’avoir un discours [je ne sais pas comment le qualifier, sans doute faudrait-il utiliser plusieurs termes] !
    Seule bonne nouvelle au tableau : notre future ministre de l’éducation !

    Citer | Posté 14 octobre 2015, 14 octobre 2015 à 17 h 12 min

    Répondre

    • Grou' écrit:

      Envoyer paître quelqu’un qui fait le voyage dans un espace fermé avec toi, c’est pas évident. Je ne sais pas si ça lui faisait bizarre une fille qui lui dit qu’elle veut travailler plus tard, et ne pas faire d’enfants. Au moins il l’aura entendu.

      Citer | Posté 23 octobre 2015, 23 octobre 2015 à 21 h 34 min
  2. Patate écrit:

    Vache. Ça fait un peu peur quand même. Moi je me serais sentie seule à ta place, avec ma belle école d’ingénieur qui me garanti zéro souci pour trouver du travail à 40k annuels à la sortie…

    Mais c’est vrai que c’est intéressant. Les gens qui t’abordent comme ça ont toujours une vie terrible, en général. Ça me fait penser à quand j’étais en sup’, à la fin de la journée d’intégration (je crois) on s’était retrouvés entre élèves de prépa à manger des burgers dans la rue, normal quoi. Un gars qui arrive et qui commence à nous parler, nous dire que le marché du travail c’est fini, que la vie c’est de la merde, je me rappelle plus trop mais c’était pas joyeux. A la fin il nous engueulait presque parce que nous, ben, comment dire, on fait partie de la population pas si inquiète que ça pour son avenir.

    C’est un peu triste, j’aimerais dire qu’on l’a mérité parce qu’on a beaucoup bossé, mais je connais des gens qui n’ont pas eu l’opportunité de faire de grandes études et je sais que c’est pas vrai. Aaaaah, pourquoi je parle de ça ! Ces gens-là me rendent coupable de réussir dans ma vie. Je me dis qu’avec mon éducation ils auraient été moins bêtes, ils auraient eu des idées moins stupides. Je veux que l’éducation sauve la société. Voilà.

    Quand je serai riche, après avoir acheté notre manoir, je deviendrai ministre de l’éducation comme me l’a dit le mec qui m’a abordé aux vieilles charrues il y a deux ans quand je lui ai dit que j’avais eu 15-16 au bac (j’ai menti, j’ai eu 18,27). Et je… je ferai plein de choses. Voilà. Pour que tout le monde il soit beau, tout le monde il soit gentil, tout le monde il soit intelligent comme dans le monde privilégié dans lequel j’évolue. Voilà.

    Sinon j’aime que tu fasses des nouveaux articles de temps en temps.

    Citer | Posté 12 octobre 2015, 12 octobre 2015 à 20 h 27 min

    Répondre

    • Grou' écrit:

      Yep, un jour l’éducation sauvera la société. On ne part pas avec les mêmes bases, et puis le hasard n’est pas uniforme (sauf en proba). Nan, t’es pas coupable de réussir dans la vie, tu serais coupable si… je sais pas. On n’est pas coupable, mais il y a des choses à faire. Ministre, c’est pas mal ^^ (et si tu mens, c’est bien parti !). Pis un jour, tu achèteras le manoir de Gourin, et on fera une colloc géante, et ça sera chouette. Nolwenn trouvera un moyen pour mettre les nécessiteux sur un bateau, et regardera s’il leur pousse des nageoires.

      Citer | Posté 23 octobre 2015, 23 octobre 2015 à 21 h 32 min

Laisser un commentaire

L'EPS au lycée français de ... |
hoyosxavier |
profdoc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MA LIVE
| BLEACH vs DBZ vs ONE PIECE
| ASIA SUKIDA